×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Climat: Chaud devant…

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5804 Le 15/07/2020 | Partager
L’ONU prévoit des températures encore plus élevées jusqu’en 2024
Vigilance, la pandémie de Covid-19 accroît les risques sanitaires

L'été marque un nouveau record de chaleur. Appelant à plus de vigilance, les institutions internationales comme l'Organisation météorologique mondiale (OMM) n’ont pas manqué de signaler que la «pandémie de Covid-19 accroît les risques sanitaires liées à la canicule». Les gouvernements sont donc invités à élaborer des plans afin de garantir notamment la sécurité des personnes âgées et vulnérables.

chaleur-terre-04.jpg

Dans ses nouvelles prévisions climatologiques, l’OMM a annoncé s’attendre à un réchauffement moyen pouvant atteindre les 1,5 degré Celsius durant les cinq prochaines années. En conséquence, les phénomènes violents comme les tempêtes pourraient augmenter en Europe alors que dans le Sahel, les conditions climatiques seront plus humides.

La température moyenne mondiale de chacune des années de la période 2020-2024 devrait être supérieure d’au moins 1 °C à l’ère préindustrielle, avec des pics probables dépassant les +1,5 °C, a indiqué cette agence de l’ONU basée à Genève.

Et la probabilité qu’elle dépasse 1,5 °C pendant au moins une de ces années est de 20%. La température moyenne du globe est déjà supérieure d’1,0 °C aux valeurs préindustrielles. La dernière période quinquennale a été la plus chaude jamais enregistrée. «Cette étude met en relief le défi que nous devrons relever pour atteindre l’objectif fixé par l’Accord de Paris sur le changement climatique…», a indiqué le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

Une façon de réitérer l’appel de l’ONU à la communauté internationale afin de «contenir, au cours du siècle, l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C».

Le mois de juin 2020 a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde, à égalité avec juin 2019, a annoncé de son côté le service européen Copernicus sur le changement climatique. Tout en soulignant la persistance d'anomalies inquiétantes et d'incendies en Sibérie.

En raison du réchauffement climatique, la planète a déjà gagné  plus de 1 °C depuis l'ère préindustrielle, entraînant une multiplication d'événements météo extrêmes comme les canicules, sécheresses ou inondations. 2019 a été la deuxième année la plus chaude dans le monde, après 2016. Et les experts s'attendent à ce que la température moyenne mondiale batte un nouveau record au cours de la prochaine période quinquennale (2020-2024).

Quelques conseils

Des règles détaillées sur le plan technique (climatisation, centrale de traitement d'air, filtres, entretien...) ont été émises par les autorités sanitaires au moment où le bilan de la pandémie du Covid-19 grimpe toujours. Dormir à côté du ventilateur est une mauvaise idée. L'air très sec risque au bout de plusieurs heures de dessécher les sinus ou la gorge, et ce n'est guère conseillé aux allergiques exposés à un brassage d'impuretés. L'utilisation de ventilateur est préconisée, y compris avec une brumisation, dans une pièce où se trouve une seule personne. Il doit être stoppé avant qu'une autre personne n'entre dans la pièce, relève la Société française de gériatrie et de gérontologie (SFGG) cité par l’AFP. Par contre, dans les espaces collectifs de petit volume, clos ou semi-clos, le ventilateur est contre-indiqué quand plusieurs personnes s'y trouvent, même si elles portent un masque, dès lors que le flux d'air est dirigé vers elles. Dans les espaces ouverts, des systèmes collectifs de brumisation sont possibles, sous réserve de maintenir la distanciation physique recommandée. Pour la climatisation, il convient de veiller au respect de la maintenance et rechercher le filtre le plus performant sur le plan sanitaire.

F.Z.T.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc