×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

PSA Maroc: Des scénarios de reprise à l’étude

Par Amin RBOUB | Edition N°:5749 Le 27/04/2020 | Partager
Un protocole sanitaire d’une centaine de mesures déployé
30 véhicules par heure dès le mois de septembre
Tous les projets stratégiques maintenus
psa-maroc-049.jpg

Le constructeur PSA a déployé un protocole sanitaire avec une centaine de mesures. Ce protocole prévoit le contrôle de température ainsi que l’auto-surveillance des symptômes, le port de lunettes sur site ou encore une dotation individuelle de masques avec le respect des gestes barrières et la distanciation (1 mètre). Le protocole se décline également via le marquage au sol, le maintien des portes ouvertes, le nettoyage fréquent des équipements et machines...(Ph. PSA)

La filiale marocaine du constructeur français PSA se dit prête à reprendre ses activités industrielles dans des conditions sanitaires «optimales». Mais pour l’heure, il n’y a pas encore «de scénario arrêté de reprise», confirme Samir Cherfan, directeur PSA Région Moyen-Orient-Afrique. N’empêche, le constructeur examine toutes les options et possibilités d’un calendrier de reprise «progressive et sécurisée» sur le site de Kénitra.

Quoi qu’il en soit, la décision de reprendre la production ne dépend pas uniquement du Maroc. Elle reste tributaire de la maison mère, et surtout de l’activité commerciale, de la demande du marché ou encore de la relance de l’activité économique. La reprise du site de Kénitra dépend aussi des sites de production et des fournisseurs du constructeur dans le monde entier. 

Ceci étant, au cas où l’usine de Kénitra reprendrait, «elle devra démarrer progressivement et à faible cadence tout en gardant les mêmes niveaux de qualité. Il n’y a pas de variable d’ajustement sur la qualité.  Nous avons un niveau de dextérité maximal chez l’ensemble des salariés pour que la qualité soit optimisée. Mais la cadence sera plafonnée en fonction des conditions du marché et des capacités des réseaux commerciaux», assure le management.

Plus d’un mois depuis la décision de la suspension de l’activité du constructeur (19 mars dernier), le management précise que pour l’heure, il n’y a pas de chiffres spécifiques liés à l’impact réel sur la trésorerie de l’entreprise. Ceci étant dit, l’écosystème PSA tourne avec quelque 20.000 emplois. Le constructeur confirme qu’il n’a plus de «rentrées d’argent». Malgré le contexte actuel et le niveau de «Cash Out» élevé, il continue à payer ses dettes envers les fournisseurs.

Mais force est de constater, le contexte actuel de cette crise sanitaire intervient dans un contexte particulier chez PSA Maroc qui tourne avec 600 personnes (entre salariés et prestataires). Le constructeur avait programmé des activités stratégiques dans ce même contexte avec le doublement capacitaire (100.000 à 200.000 unités à terme).

«Le doublement des capacités de production fait partie de nos projets stratégiques. Nous comptons monter à 30 véhicules par heure dès le mois de septembre. D’ailleurs, nous avons mobilisé nos prestataires, nos partenaires et fournisseurs malgré le contexte actuel de restrictions sur  plusieurs pays», confirme Rémi Cabon, directeur de PSA Maroc.

Sur le sourcing  local (made in Maroc), le producteur se veut rassurant: «Nous continuons à avoir des activités pour la montée en puissance... Mais personne ne sait combien de temps la crise Covid va durer encore». Bien entendu, pour l’instant, de nombreux projets sont décalés dans le sourcing. Sur les prévisions de chiffre d’affaires, «le volume de production sera amputé de la période d’arrêt», se contentent de dire les dirigeants.

Sur le projet d’extension du site de Kénitra (Phase II), l’activité se poursuit conformément aux plannings initiaux. Et c’est justement l’extension du site qui devra permettra l’objectif stratégique du doublement capacitaire de PSA Maroc. Une fois la production opérationnelle à Kénitra, le groupe compte poursuivre les recrutements en fonction de la montée en cadence.

Protocole sanitaire

En attendant la reprise de la production, et pour anticiper la reprise,  le constructeur a déployé un protocole sanitaire exhaustif. «Depuis le début de la crise Covid-19, la priorité du groupe est de protéger ses salariés, ses partenaires tout en préservant la pérennité de l’entreprise», fait valoir le management. Décliné en 5 niveaux à travers une centaine de mesures, le protocole sanitaire de PSA est «une étape fondamentale et un gage  à la reprise de l’ensemble du site avec le meilleur niveau et exigences de sécurité».  Ce protocole a été conçu, précise le groupe, en concertation avec les instances représentatives du personnel, les services médicaux et les représentants des autorités locales ainsi que les ministères concernés (Intérieur, Industrie, Emploi...).  Transport, accès au site, vestiaires, protection individuelle, postes de travail, accès aux sanitaires, espaces bureaux, brigades de surveillance, communication et sensibilisation, audit... Tout un dispositif a été mis en place pour faire éviter tout risque aux salariés et permettre la reprise de l’activité dans des conditions optimales. Même les équipementiers et fournisseurs du site ont été invités à adopter un protocole équivalent, assure le constructeur.  L’ensemble des mesures adoptées font l’objet de contrôles et d’audits réguliers pour garantir une stricte et rigoureuse mise en œuvre des consignes. «Le site de Kénitra a été classé «Niveau 5», soit le plus haut classement permettant la reprise sur un site industriel».  L’enjeu est de continuer à produire dans des conditions sanitaires «normées» et qui ne mettent pas en danger la santé des salariés et des prestataires.

                                                                      

Très bientôt la Citroën AMI à Kénitra!

Malgré le contexte actuel de confinement et de restriction des déplacements, PSA Maroc tient vaille que vaille à ses projets stratégiques. Parmi ces projets, le doublement des capacités et surtout l’arrivée du grand projet «Citroën AMI» aux chaînes de montage de Kénitra.

«Il n’y aura aucun décalage sur le programme AMI qui fait partie de nos projets stratégiques», confirme le management. Certes, des ajustements seront opérés en corporate, mais il n’y aura aucun report sur la Citroën AMI, annonce un dirigeant. D’ailleurs, l’ouverture des commandes est prévue dans quelques jours, précise-t-il.

«Nous sommes actuellement en mouvement sur ce projet stratégique pour assurer les livraisons dans les mois qui viennent conformément au planning initial», soutient Rémi Cabon. Une chose est sûre, la reprise de l’activité de PSA Kénitra inclut également la production de ce véhicule (AMI) très  attendu en Europe.

Comme nous l’avions annoncé à L’Economiste, le constructeur PSA compte mettre dans ses chaînes de montage de Kénitra un nouveau véhicule de la marque Citroën. Ce sera donc le 2e véhicule à intégrer le montage après le franc succès rencontré par la Peugeot 208, élue voiture de l’année au Maroc et Car of The Year en Europe.

Le nouvel entrant sera un véhicule low cost électrique, sous l’appellation AMI. Ce véhicule devra révolutionner la mobilité urbaine puisqu’il est destiné en grande partie à la location moyennant une mensualité de 20 euros. La Citroën Ami peut atteindre une vitesse de 45 km/h et dispose d’une autonomie de 70 kilomètres. Le véhicule se recharge en 3 heures seulement sur une prise secteur domestique de 220 V.

Amin RBOUB

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc