×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Entreprises

Coronavirus: A Marrakech, la Santé rassure

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5716 Le 11/03/2020 | Partager
Le dispositif sanitaire mis en place depuis janvier
Lits d’isolement, chambre à pression négative, prise en charge de l’entourage… les mesures
Sept cas suspectés et avérés négatifs et un cas positif, un touriste français

Après la détection du premier cas de Covid-19 dans la première ville touristique du Maroc, la cité ocre est-elle suffisamment prête pour une épidémie de si grande ampleur? A la mairie, on botte en touche. «Cela ne rentre pas dans nos compétences. Mais nous faisons confiance aux autorités administratives et sanitaires pour contenir ce virus et appliquer les mesures internationales dans les cas similaires», indique le vice maire de la ville Younes Benslimane. 

Pour Lamia Chakiri, directrice régionale de la santé pour Marrakech/Safi, la ville est prête depuis le mois de janvier et a planté son dispositif régional conformément au plan national.

Concrètement, il s’agit d’abord de la formation et la sensibilisation du personnel médical pour dépister le virus, la création d’unités d’isolement dans les différents hôpitaux régionaux et aussi au CHU. Pour Marrakech, les cas détectés sont orientés vers l’hôpital régional Ibnou Zohr qui dispose d’une unité d’isolement de 6 lits et d'une chambre à pression négative.

A noter que depuis début janvier, et la mise en place de ce dispositif, 7 cas ont été suspectés, mais après analyses de rigueur, tous se sont avérés négatifs. Un comité de pilotage régional présidé par le wali de la région Marrakech/Safi fait le suivi régulier des cas détectés et de leur prise en charge ainsi que des mesures à suivre. Concernant la logistique de suivi après la détection du cas de Marrakech, Chakiri explique que les procédures comprennent des critères bien définis pour la surveillance ou l’isolement des personnes mises en contact avec le porteur du virus.

Ainsi pour le 3e cas au Maroc de coronavirus, il s’agit d’un touriste qui est arrivé au Maroc par avion, dans un vol qui transportait une centaine de personnes dont les membres d’équipage. Sans compter l’entourage et le personnel avec qui il a été en contact à l’hôtel et à l’aéroport. Toutes ces personnes qui étaient en contact avec le malade devraient en principe être identifiées et suivies.

C’est la première fois que le cas détecté est en provenance de France et à l’aéroport de Marrakech, les mesures pourraient être revu es. A noter que le dispositif sanitaire déployé dans les aéroports concernait uniquement les vols en provenance d’Italie et de Chine et pour le reste des arrivées, on se contentait de fiches sanitaires pour connaître les derniers déplacements du passager.

Maintenant que les rotations en provenance d’Italie ont été annulées, le dispositif pourrait s’étendre à plusieurs autres vols. A Marrakech, les professionnels de la santé et du tourisme aussi restent sereins. Le 3e cas positif au coronavirus et premier dans la cité ocre a été déclaré dans la nuit du 9 mars. Il s’agit d’un touriste français qui voyageait en famille avec son épouse et son fils. Il est arrivé à l’aéroport Marrakech/Ménara le 7 mars via un vol low-cost de Transavia et a séjourné la nuit dans un hôtel à Marrakech.

Les premiers symptômes sont apparus le lendemain et les analyses au laboratoire Pasteur ont confirmé qu'il s'agit bien de Covid-19. «Son cas ne suscite pas d'inquiétude»,  annonce un communiqué du ministère de la santé. Le malade a été hospitalisé à l’hôpital régional Ibnou zohr (appelé communément la Mamounia vu sa proximité du palace).

400 touristes italiens à rapatrier

Maintenant que les vols vers l’Italie ont été suspendus en raison de l'épidémie. L'Italie reste l'un des pays les plus touchés au monde par le covid-19. A l’heure où nous mettions sous presse, 400 touristes italiens qui étaient en séjour dans les villes marocaines et en circuit se retrouvaient pris en otage. Certains n’ont pas les moyens de prendre des chambres. Les consulats italien et honoraire tentent de leur trouver des solutions. A noter aussi que  la compagnie nationale Royal Air Maroc a décidé de suspendre ses vols de et vers l'Italie.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc