×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    De bonnes sources

    Spoliation: Un conservateur foncier dans la nature

    Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:5671 Le 08/01/2020 | Partager

    L’affaire Kimia est liée à la spoliation foncière. Elle a pour particularité l’implication du  responsable de la plus grande conservation foncière du Royaume, celle de Hay Mohammadi-Aïn Sbaâ à Casablanca. Le haut fonctionnaire a été condamné en première instance à dix ans de prison ferme avant de voir sa peine réduite à 5 ans par la Cour d’appel de Casablanca (cf. L’Economiste n°5109 du 19 septembre 2017). Le conservateur foncier, Abderrahim Amal, est toujours en liberté. «Il fait pourtant l’objet d’une décision définitive de la cour de cassation. Pourquoi sa peine n’a pas été exécutée?», s’étonne Faiçal Kimia. Lui et sa famille ont été spoliés de leur villa de 560 m2 au quartier Oasis. Une victoire judiciaire en demi-teinte. Les victimes doivent de plus faire face aux Impôts, à la banque et la conservation foncière pour purger leur bien (Lire article).

    F.F.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc