×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Vaste opération promo de l’agroalimentaire

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5648 Le 05/12/2019 | Partager
194 projets lancés pour un investissement de 5,1 milliards de DH
38.000 emplois à la clé en 2021
Le tandem Akhannouch-Elalamy vend l’Agropole de Béni-Mellal

Nouvel élan pour le secteur de l’agroalimentaire. Le lancement de la composante alimentation de l’Agropole de Béni-Mellal vient d’être saisi par le ministre de l’Agriculture et son collègue de l’Industrie pour  promouvoir le secteur. Et déjà, il se place avec l’agriculture au deuxième rang des activités exportatrices, avec 50 milliards de DH (source Office des changes).

Aujourd’hui, il est question de déployer le contrat-programme conclu entre les deux ministères en avril 2017. Cette convention vise principalement le développement des chaînes de valeur intégrées avec un investissement de 12 milliards de DH dont 8 milliards à travers la contribution des opérateurs privés et 4 milliards répartis entre le ministère de l’Agriculture (2,8 milliards) et de l’Industrie (1,2 milliard).

En termes d’impact socioéconomique, l’investissement permettrait la création de 38.000 emplois en 2021. Il devrait également générer un chiffre d’affaires de 42 milliards de DH. Le chiffre d’affaires annuel additionnel est estimé à 12,5 milliards de DH et celui à l’export de 13 milliards de DH. 

La synergie créée entre le Fonds de développement agricole et celui de l’industrie  a permis, jusqu’à présent, le lancement de 194 projets pour un investissement de 5,1 milliards de DH. Ce qui devrait générer plus de 25.000 emplois. Cela représente 53% de l’objectif 2021 en termes de nombre de projets, 43% de l’investissement projeté et 65% des emplois à créer.

«Ces projets viendront renforcer les acquis enregistrés sur la dernière décennie», se félicite le ministère de l’Agriculture. Selon les données présentées lors de cette journée promotionnelle de l’investissement, les exportations agricoles ont doublé et la production a augmenté pour la majorité des filières (83% pour les agrumes, 93% pour les céréales et l’arboriculture et 136% pour les olives). Les maraîchages, les viandes ainsi que les fruits rouges ont également enregistré de fortes hausses.

C’est dans la continuité de cet essor qu’il faut replacer les actions d’intégration menées au niveau des agropoles au niveau des bassins de production agricole de Meknès, Berkane, Tadla, Souss, Gharb, Loukkos et le Haouz. Ces agropoles abritent, parmi les structures, des Qualipoles installés par le ministère de l’Agriculture.

Conçues sous forme de guichet unique, elles intègrent des laboratoires de dernière génération (de l’Inra, ONSSA et EACCE), des espaces d’expérimentation et de formation, ainsi que des services de contrôle qualité et d’exportation. Aujourd’hui, les quatre agropoles de Meknès, Berkane, Tadla et Souss sont réalisées et les lots sont en phase de commercialisation auprès des investisseurs. Sauf que les ventes se font au compte-gouttes. En cause, les niveaux des prix jugés élevés par des opérateurs.

Le poids du secteur agroalimentaire régional

La région de Béni Mellal-Khénifra est réputée pour sa vocation agricole, avec des productions variées: olives, agrumes, rosacées, grenadiers, caroubiers, céréales, betteraves sucrières, cultures fourragères, maraîchages, lait, viande... Elle contribue  de manière significative à l’économie nationale pour les principales filières végétales et animales. A ce titre, elle assure  30% de semences sélectionnées, 28% de betteraves à sucre, 20% d’agrumes, 15% pour l’olivier, 16% pour le lait et 14% pour les viandes rouges. La région se distingue par des filières spécifiques, notamment le sésame, le grenadier et la Niora.
La dynamique agricole dans la région a été portée à travers la mise en œuvre du Plan agricole régional, avec 102 projets réalisés dans le cadre du Pilier I et du Pilier II pour un montant de 5,7 milliards de DH, la plantation de 47.000 ha dont 30.000 ha d’oliviers, la construction de 48 unités de valorisation et la généralisation des semences sélectionnées.
Figurant parmi les principaux bassins de production, le Tadla a bénéficié de la mise en place d’une agropole qui constitue un projet socioéconomique structurant dans la région. Le projet permettra de drainer des investissements très importants dans les filières agricoles et agroalimentaires avoisinant les 3 milliards de DH comme il permettra de créer près de 15.000 emplois directs et indirects.
La journée a été marquée par l’organisation de différents panels en relation avec le secteur agro-industriel, la signature de contrats, la visite des projets autorisés à l’Agropole, le lancement des travaux d’une unité frigorifique ou encore le témoignage des agro-industriels sur leur retour d’expériences.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc