×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    CGEM: L'après-Mezouar acté

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5617 Le 18/10/2019 | Partager
    Des élections d'ici le 28 janvier 2020
    Le conseil d'administration du 28 octobre sera décisif
    cgem-017.jpg

    Réunion de crise le 16 octobre au QG de la CGEM pour prendre des résolutions au lendemain de la démission du président Mezouar (Ph. L'Economiste)

    La Confédération patronale se projette déjà sur l'après-Mezouar. Après la démission impromptue et tonitruante du patron des patrons Salaheddine Mezouar, annoncée dimanche 13 octobre dernier, les membres de la CGEM multiplient les rencontres pour assurer la période transitoire.

    Réunis le 16 octobre au siège, les administrateurs de la CGEM ont décidé d'assurer la période transitoire dans la sérénité et la continuité. En effet, 33 des 72 membres du conseil d'administration se sont concertés sur l'après-Mezouar.

    «Cette assemblée, qui a réuni 80% des administrateurs de la CGEM, est une réunion de crise pour prendre des résolutions au lendemain de la démission du président Mezouar. Nous avons constaté la démission et nous nous sommes concertés sur la gestion de cette période transitoire en attendant l'assemblée générale», explique Seloua Kerkri Belkziz, présidente de l'Apebi et membre du CA de la Confédération. Les administrateurs ont décidé de tenir un conseil d'administration le lundi 28 octobre.  «A compter de cette date, la Confédération aura 3  mois, jusqu'au 28 janvier, pour organiser de nouvelles élections», précise Seloua Karkri Belkziz.

    En effet, le conseil d'administration du 28 octobre devra adopter des résolutions. Il devra entériner la démission de Salaheddine Mezouar de la présidence du patronat. A l'ordre du jour également, l'approbation de la nomination du directeur général délégué, Jalal Charaf. L'assemblée du 28 octobre devra également  programmer l'organisation d'élections présidentielles et entre-temps organiser la gestion des affaires courantes ainsi que la gouvernance de la Confédération. Pour l'heure, ce sont Jalal Charaf, directeur général délégué, et Youssef Hassouni, secrétaire général, ainsi que la structure permanente de la CGEM qui assurent la phase de transition.

    Le prochain conseil d'administration devra également formaliser et valider les propositions de la CGEM par rapport au projet de loi de finances (PLF 2020). Il sera aussi l'occasion de dresser le bilan de la 2e Université d'été, qui a été marquée cette année par la présence et l'intervention de Nicolas Sarkozy, invité d'honneur.

    Les membres du conseil d'administration devront aussi se prononcer sur la nomination du futur président par intérim de la Commission Financement. Le successeur à Hammad Kassal qui a démissionné en juin dernier. Autre chantier important, la création de la fédération de l'enseignement supérieur parmi les instances de la CGEM.

    Dans ce même contexte peu ordinaire de démission du président et de vacance du poste de vice-président général, l'assemblée de la CGEM, tenue le 16 octobre, a exhorté l'ensemble des commissions et fédérations à poursuivre leur mobilisation et leurs actions dans la continuité. 

    A.R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc