×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Transport urbain: L’interopérabilité fait ses premiers pas à Rabat

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5610 Le 09/10/2019 | Partager
    Grâce au nouveau délégataire, le projet d’intermodalité peut enfin se concrétiser
    Les réseaux tram-bus peuvent assurer près de 150 millions de voyageurs par an
    Billet unique, tarif, points de connexion.... des discussions en cours entre la wilaya, la STRS et Alsa
    transport_rabat_010.jpg

    Après le projet d’extension de la ligne 2 en phase d’achèvement, la Société du tramway de Rabat-Salé se penche sur la préparation des études pour le prolongement du réseau à la ville de Témara et Sala Jadida. La réalisation de cette extension d’une longueur de plus de 20 km va contribuer à l’amélioration du transport urbain au niveau de l’agglomération 

    Le transport urbain à Rabat a enfin retrouvé sa dignité depuis l’entrée en service du nouveau délégataire, l’été dernier. Et peut même aujourd’hui prétendre à de nouvelles fonctionnalités, impossibles à mettre en place avec l’ancien opérateur.

    Déjà, depuis le démarrage du groupe Alsa, les habitants de l’agglomération de Rabat enregistrent une amélioration progressive de leurs conditions de déplacement. En plus du soutien des autorités, ce redressement s’explique également avec l’adoption d’une gestion plus professionnelle du nouvel opérateur.

    «Dès la préparation de notre offre à l’autorité délégante, nous étions conscients de la nécessité de faire une rupture avec le système pratiqué auparavant par Stareo, l’ex-délégataire», précise Alberto Pérez, directeur général d’Alsa Maroc. En d’autres termes, tout a été pensé pour éviter les problèmes qui ont contribué à la crise de l’ancien délégataire.

    Ainsi, pour le volet personnel, Alsa a exigé de reprendre juste l’effectif nécessaire pour l’exploitation du réseau en fonction des besoins réels de l’agglomération en matière de transport par bus. A ce titre, le réseau a été totalement redéfini. Il est actuellement composé de seulement 38 lignes contre 61 lignes auparavant. En ce qui concerne le matériel roulant, le management d’Alsa a mis en circulation de nouveaux bus avec un parc suffisant dès la phase de démarrage.

    «Cela va nécessiter la mobilisation d’un investissement d’environ 700 millions de DH dont plus de 80% sont déjà engagés», indique le patron d’Alsa. En contrepartie, certaines mesures ont été prises pour garantir l’équilibre financier et par conséquent la pérennité et la qualité du service de transport par bus. Aussi, le nouveau management a augmenté le prix du ticket l’établissant à 5 DH au lieu de 4 DH auparavant.

    Des révisions sont prévues à partir de la 5e année du contrat dont la durée est de 15 ans avec possibilité de la prolonger de 7 ans. A cela s’ajoute une subvention de 150 millions de DH accordée par l’autorité délégante au nouvel opérateur lui permettant l’acquisition de 100 bus. Il sera également mis à la disposition du nouveau groupe deux grands parcs l’un à Salé et l’autre à Témara.

    «La mise à niveau du réseau des bus permettra de passer à une autre phase, celle de la concrétisation du projet de l’intermodalité avec le réseau du tramway. Des discussions sont déjà entamées dans ce sens entre la Société du tramway de Rabat et Salé (STRS) et la direction d’Alsa sous la supervision de la wilaya», indique une source proche du dossier. Ce qui a permis de définir une feuille de route pour activer la concrétisation de ce projet.

    «Il faut tout d’abord entamer la réflexion sur deux volets prioritaires», explique notre source. La première porte sur le billet unique pour lequel on devrait définir notamment le système de fonctionnement et le tarif à appliquer ainsi que le mode de partage entre les deux opérateurs. Il faut aussi arrêter le nombre de points de connexion entre les deux réseaux où les usagers pourront procéder à l’échange d’un mode à l’autre.

    L’avantage de l’intermodalité sur la mobilité urbaine au niveau de l’agglomération va se renforcer davantage avec la réalisation des projets d’extension du réseau du tramway. Un projet est en cours concernant le prolongement de la ligne 2 d’environ 7 km, afin de desservir les quartiers de Yakoub Al Mansour à Rabat et ceux de Hay Moulay Ismaïl et Hay Al Quariat à Salé. Côté Rabat, le projet est totalement achevé depuis quelques mois.

    Pour le tronçon situé à Salé, l’avancement des travaux avoisine les 90% hors ouvrage en cours de réalisation sur l’avenue Ain Houala. «Ce dernier sera livré vers la fin de cette année», selon une source de la STRS. A noter que la réalisation de l’extension de la ligne 2 a nécessité un investissement de près 1,5 milliard de DH dont une partie réservée à l’acquisition de 22 rames en cours de livraison, depuis juin dernier, par le constructeur français Alstom.

    Après l’extension de la ligne 2, la STRS se penche actuellement sur la préparation des études du projet concernant le prolongement du réseau du tramway à la ville de Témara et à Sala Al Jadida pour un budget avoisinant les 4 milliards de DH. Les travaux de cette extension, sur environ 20 km, pourront être entamés d’ici une année, espère une source proche du projet.

    Parallèlement au chantier d’intermodalité, il faudrait se pencher sur la restructuration et la modernisation du réseau des taxis au niveau de l’agglomération.

    150 millions de voyageurs par an

    Les deux réseaux, tramway et bus, ambitionnent d’atteindre près de 150 millions de voyageurs par an. «Un mois après notre démarrage, nous assurons déjà le transport de 150.000 voyageurs/jour avec l’objectif d’atteindre 110 millions de personnes, soit plus que le double du trafic réalisé auparavant par Staréo», précise le DG d’Alza. Le réseau du tramway assure, de son côté, près de 34 millions de voyageurs par an, un volume susceptible de croître avec la mise en service de l’extension de la ligne 2. A noter que les étudiants et les élèves constituent actuellement plus de 50% des abonnés du tramway.

                                                                                

    Un mode de transport écolo

    Depuis le début de cette année, la capitale s’est lancée dans une expérience innovante en matière de transport urbain. Il s’agit de la mise en circulation de 50 vélos-taxis.

    Leur fonctionnement est assuré par un moteur électrique rechargeable par deux batteries. Un projet initié avec le soutien de l’INDH dans l’objectif de promouvoir les activités génératrices de revenus au profit des jeunes et également du secteur du tourisme au niveau de Rabat. «Près de 20% de nos clients sont des touristes», signale l’un des bénéficiaires de ce projet.

    Mais selon ce dernier, le projet connaît actuellement certains problèmes d’organisation et également d’ordre technique. Sur un parc de 50 unités, moins de 40 vélos-taxis sont opérationnels, regrette notre source.

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc