×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Des financements pour l’entrepreneuriat vert

    Par Nadia DREF | Edition N°:5608 Le 07/10/2019 | Partager
    30 millions de DH levés par les finalistes du programme Cleantech
    Objectif: stimuler l’innovation au sein des startups et des TPME

    Depuis son lancement en août 2016, le programme Cleantech pour l’innovation et les emplois verts a permis d’attirer des financements. Les lauréats des différentes éditions ont levé plus de 30 millions de DH de fonds. En guise de prix, les 18 lauréats des 3 premières années se sont vu attribuer 2,85 millions de DH. Ils se sont également illustrés à travers des compétitions internationales dont 2 finales internationales Global Forum Cleantech (2017 et 2018).

    La startup Eko Geste Dari a remporté deux prix lors du Global Forum aux USA: le premier dans la catégorie «valorisation des déchets» et le second en «toutes catégories confondues». Le programme Cleantech permet de catalyser l’investissement pour soutenir et accélérer les startups et entrepreneurs vers la commercialisation et le développement de leurs concepts innovants, précise le secrétariat d’Etat chargé du Développement durable.

    Il intervient sur 3 aspects: la mise en place d’une plateforme nationale pour les cleantechs, le renforcement des capacités des institutions nationales et organisations partenaires ainsi que le partenariat avec les décideurs afin de renforcer le cadre économique et politique favorable aux TPE,  PME et tout type d’entrepreneurs. Chaque année, 6 prix de l’ordre de 150.000 DH chacun sont attribués dont celui dédié à la femme entrepreneur.

    En l’espace de quatre ans, trois compétitions ont été organisées en plus de la quatrième en cours. Près de 800 candidatures startups vertes ont été inscrites. Par ailleurs, environ 120 entrepreneurs verts ont bénéficié de formations à la méthodologie «Business Model Canevas» version Cleantech. Ils ont été accompagnés par 30 mentors et ont profité de 26 sessions par webinar.

    Ils ont également  bénéficié d’un suivi et d’un programme d’accompagnement post-compétition et ont participé à 20 visites d’établissements d’enseignement supérieur pour la sensibilisation et la formation d’étudiants à l’entrepreneuriat vert. Les gagnants du prix cleantech ont eu l’occasion de promouvoir leur projet à l’international à travers de grandes manifestations: Conférences des Parties à la Convention Cadre Changement Climatique (COP22, COP23, COP24) et Energy Vienna Forum.

    Pour l’édition 2018, la startup Farasha Systems avait reçu le grand prix pour sa solution d’entretien et de maintenance des panneaux PV et des miroirs CSP des grandes centrales. Dans la catégorie «rationalisation de l’eau», la gagnante est Watech, une entreprise spécialisée dans l’installation des stations d’épuration des eaux usées par un procédé filtre dans les communes rurales et les sites décentralisés.

    Le prix «valorisation des déchets» a été attribué à Eco-Oil, une TPE active dans la transformation des déchets plastiques recyclables et non recyclables en pétrole écologique. Eco-Dôme s’est également distinguée dans la catégorie «bâtiments verts». Une entreprise qui utilise des sacs spéciaux remplis de terre battue et empilés pour donner la forme du dôme en les attachant avec du fil barbelé.

    Pour sa part, M4Nature a décroché le prix «efficacité énergétique». Son objectif est de développer et d’optimiser un procédé d’extraction vert et efficace des composés bioactifs. Le prix «femme entrepreneur» a été attribué à l’entreprise Green Engineering Mission.

    Cette PME propose des solutions au secteur agricole basées sur un système d’irrigation nanotechnologique qui permet d’économiser l’eau, réduire les coûts d’exploitation en économisant l’énergie, les engrais et les pesticides et d’augmenter la production agricole.

    Déchets, EnR, bâtiments verts…

    Le «Global Cleantech Innovation Program/GCIP» ou Cleantech Maroc est une initiative mondiale financée par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et exécuté par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) visant la promotion de l’innovation en matière de technologies propres et la création d’emplois verts.  Mené conjointement par le secrétariat d’Etat chargé du Développement durable et l’Onudi, en coordination avec d’autres partenaires nationaux, le programme Cleantech Maroc a pour objectif de stimuler l’innovation au sein des startups (jeunes pousses innovantes à fort potentiel de croissance), TPE et PME. Surtout celles opérant dans les domaines de la valorisation des déchets, l’utilisation rationnelle de l’eau, l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les bâtiments verts.  Le programme comprend des compétitions et un programme d’accélération de l’entrepreneuriat (formation, coaching, mentoring…). Objectif: offrir aux lauréats des possibilités pour réussir leurs projets et leur faciliter l’accès aux sources de financement.

    Nadia DREF

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc