×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-Meknès: Al Omrane veut relancer le logement social

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5599 Le 24/09/2019 | Partager
    Promoteurs privés et banques appelés à la rescousse
    Santé, éducation, transport… des contraintes à lever
    fes-meknes-al-omrane-099.jpg

    Al Omrane veut redynamiser le programme des logements à faible valeur immobilière. Pour y parvenir, le holding mise sur l’adhésion des promoteurs privés, banques et autres services de l’Etat (Ph YSA)

    Al Omrane met le cap sur le logement à faible valeur immobilière (LFVI). C’est ainsi qu’une caravane dédiée à ce produit vient d’être lancée. Le coup d’envoi de cette campagne a été donné, vendredi dernier à Fès, en présence notamment de Abdelahad Fassi Fihri, Fatna El Kihel, et Badr Kanouni, respectivement le ministre de l’habitat et de la politique de la ville, la Secrétaire d’Etat chargée de l’Habitat, et le président du directoire du Holding Al Omrane.

    «Cette rencontre de proximité et de sensibilisation vise à redynamiser la production des LFVI et à promouvoir davantage le partenariat avec les promoteurs immobiliers du secteur privé», indique le ministre de tutelle.

    Et de poursuivre: «il faut consolider les relations de partenariat public/privé établi avec les promoteurs immobiliers privés, et principalement les moyens et petits, en faveur des couches les plus démunies, en leur offrant des opportunités foncières disponibles dans les différents projets développés par le groupe Al Omrane dans les diverses régions du Royaume».

    Pour rappel, le secteur des bâtiments et des travaux publics contribue à hauteur de 6,3% du PIB, à la faveur des grandes réformes structurelles lancées par l’Etat dans plusieurs domaines. Y figurent la création de nouvelles villes et des pôles urbains, l’ouverture de nouvelles zones pour l’urbanisme, la création du fonds de solidarité pour l’habitat et l’intégration urbaine et l’appui des familles à l’accès à la propriété, outre le renforcement du partenariat entre les secteurs public et privé (PPP).

    D’ailleurs, le LFVI à 140.000 DH se développe grâce au PPP. «Ce produit qui concerne une catégorie sociale des citoyens à revenu limité, est une priorité du programme gouvernemental axé particulièrement sur le renforcement de la production de tous les types de logement social (140.000 DH et 250.000 DH) et la lutte contre toutes les formes d’habitat anarchique et l’habitat sous-équipé», souligne Badr Kanouni.

    Pour le patron du Holding Al Omrane, «encore faut-il lever les contraintes qui entravent la réussite du programme LFVI liées à la carence du foncier et son prix, qui est élevé pour ce genre de projet, l’envolée du prix des matières premières dans le secteur du BTP et la faible implication du secteur bancaire dans l’accompagnement de ce projet».

    Pour rappel, le logement à 140.000 DH (50 et 60 m2) a été mis sur le marché en 2008 et a souvent été mobilisé par les programmes de lutte contre les bidonvilles. Faute de dégager suffisamment de bénéfices pour impliquer le secteur privé, le programme n’a pas connu une grande réussite. Car, les autres départements de l’Etat (santé, éducation, sécurité) n’ont pas suivi.

    Ainsi, si Al Omrane a édifié, à titre d’exemple, des LFVI à Ras El Ma (près de Fès), ce pôle urbain «loin de la ville, reste difficile d’accès faute de moyens de transport. Encore, il manque cruellement de services sanitaires et d’éducation», déplore-t-on. «Une situation qui devrait s’améliorer», promet le ministre de l’Habitat.

    Et d’ajouter: «les promoteurs immobiliers profiteront d’une exonération totale de l’IS ou de l’IR sur le bénéfice des opérations de construction et de vente de ces logements, de la TVA, des droits d’inscription à la conservation foncière et des droits d’enregistrement et de timbre sur les opérations d’achat des terrains destinés à la réalisation du projet de construction».

    Ce qui devrait encourager ce type de logement. En attendant, le besoin national en la matière s’établit à 1,8 million d’unités à fin 2018. Dans ce lot, plus de 40% des demandes concernent le logement social à des prix qui varient entre 140.000 et 250.000 DH.

    Pour y répondre, Al Omrane mise sur le partenariat avec les promoteurs privés. A ce titre, rien que pour la région Fès-Meknès, la société a conclu 48 contrats avec le secteur privé, ce qui permettra la construction de plus de 12.500 unités, dont 9.186 ont déjà été finalisées et 1.887 en cours de réalisation.

    Bilan des réalisations

    Jusqu’à fin août 2019, Al Omrane a conclu quelque 384 partenariats avec le secteur privé visant la construction de 184.480 unités de logement sur une superficie totale de plus de 1.000 hectares. Le nombre d’unités de logement économique est de 79.405 alors que celui à faible valeur immobilière (FVI) ne représente que 30.225 unités. Le bilan des réalisations présenté pour l’occasion fait de «95.586 unités réalisées au niveau national, alors que 26.300 sont en cours de réalisation». En tout cas, la caravane du logement social à faible valeur immobilière consiste à examiner les moyens et les solutions pour appuyer le logement social à 140.000 DH. Le but étant d’encourager l’adhésion des promoteurs immobiliers à ce programme, tout en respectant les spécificités de chaque région.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc