×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    OCP surperforme son secteur

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5596 Le 19/09/2019 | Partager
    Le groupe fait mieux que résister au contexte défavorable des prix sur le marché
    Sa flexibilité industrielle et son agilité commerciale sont ses principaux atouts
    Maintien du niveau d’investissements programmés
    ocp_096.jpg

    L’OCP maintient le cap de son développement en dépit d’un contexte de marché marqué par la baisse des prix

    L’OCP se porte comme un charme. En témoignent ses résultats financiers du premier semestre. Des chiffres dont il a déjà dévoilé les contours lors de la publication de ses agrégats du second trimestre (cf. L’Economiste du 2 sep­tembre 2019) et pour lesquels, il ap­porte aujourd’hui, plus d’explications.

    «Le groupe affiche au premier semestre des résultats supérieurs à la moyenne du secteur, et ce malgré les conditions de marché moins favorables», se réjouit d’emblée Mostafa Terrab, PDG de l’OCP dans la communication finan­cière.

    Le recul des revenus de 10% au second trimestre en raison de la correc­tion des prix due à la baisse du cours des matières premières combiné à des stocks élevés dans certaines régions et à la hausse des exportations chinoises n’a quasiment pas impacté le chiffre d’af­faires puisqu’il augmente de près de 4%  à 27,6 milliards de DH.

    «Pour compen­ser la baisse des prix des engrais, OCP s’est appuyé sur sa flexibilité industrielle et son agilité commerciale pour adapter son mix-produit à la demande», souligne le PDG. Cela s’est traduit par une pro­gression des importations au sein des principaux pays consommateurs.

    Aussi bien les volumes que les prix de l’acide phosphorique ont augmenté atténuant, selon le management, les baisses de performances des segments de la roche et des engrais. A l’évidence, le groupe consolide son leadership en Asie avec des exportations d’acide phosphorique en augmentation, en particulier vers l’Inde.

    La demande indienne a conduit à la hausse de la production locale d’en­grais. Parallèlement, l’industriel des engrais a profité, sur la roche, d’un effet prix positif sur les 6 premiers mois de l’année même ce gain n’a pas permis de réduire le recul des volumes vendus: la baisse des prix des exportations, notam­ment vers l’Amérique latine a été plus forte. Pour les engrais, les expéditions se sont également réduites aussi bien en raison d’une baisse des prix mais aussi des volumes vendus, tout particulière­ment en Asie. 

    La croissance du chiffre d’affaires a, en grande partie, contribué à mainte­nir le niveau de marge brute. Celle-ci a atteint 17,8 milliards de DH à fin juin bénéficiant aussi de la baisse de prix de matières premières, principalement de soufre. Le patron de l’OCP se félicite «du leadership du groupe en matière de coût qui a permis de maintenir son niveau de marge dans un contexte de baisse des prix».

    L’Ebitda s’est, dans ces conditions, amélioré de près de 6% pour se chiffrer à 8,5 milliards de DH. Le groupe parvient ainsi à gagner 1 point de pourcentage au niveau de sa marge d’Ebitda à 31%. Ceci dit, le résultat d’exploitation ressort en baisse à 3,8 milliards de DH. A l’inverse, le résultat net s’apprécie de 8% pour culminer à 2,1 milliards de DH. Le groupe dispose, par ailleurs, d’une trésorerie positive de 13,7 milliards de DH.

    Le cash-flow opéra­tionnel qui a significativement augmenté a donc permis au groupe de renforcer sa stratégie de croissance et son positionne­ment sur les coûts. De quoi lui permettre de poursuivre ses investissements qui se sont montés à 5,9 milliards de DH à fin juin.

    «Les dépenses d’investissement sont en ligne avec notre programme de développe­ment», précise le président qui soutient que le groupe continue de réaliser des économies grâce à la réussite des projets qu’il réalise. Sur le plan de l’endettement, OCP dispose encore d’une importante marge de manoeuvre. Avec une dette financière à 39 milliards de DH, l’industriel affiche un ratio de levier financier en amélio­ration à 2,15. De quoi lui permettre de continuer à investir sereinement.

    Moulay Ahmed BELGHITI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc