×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Une quatrième usine Yazaki ouverte en janvier

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5583 Le 02/09/2019 | Partager
    hiroshi_ichikawa_083.jpg

    Hiroshi Ichikawa est Senior Managing Director, General manager automotive business management division (Ph. AS)

    Le groupe Yazaki compte trois filiales au Maroc: Yazaki Kenitra, Yazaki Maroc et Yazaki Morocco Meknes. Une quatrième usine ouvrira à Kénitra en janvier 2020. A plein régime, elle emploiera 2.500 personnes. Ce qui portera le total des effectifs employés par le groupe nippon au Maroc à un peu plus de 12.500 collaborateurs. Depuis Tokyo, Hiroshi Ichikawa, senior managing director et directeur général de la business unit automobile décrit la stratégie du groupe dans le Royaume.  

    - L’Economiste: Qu’est-ce qui a attiré l’intérêt de votre groupe pour le Maroc?
    - Hiroshi Ichikawa:
    Nous avons commencé à nous internationaliser depuis le début des années soixante. La première implantation de Yazaki à l’étranger a été réalisée en Thaïlande. Depuis, ce processus s’est approfondi, nous sommes actuellement présents dans 46 pays. La philosophie de notre groupe est: notre entreprise qui reste avec le monde, celle dont la société a besoin. Chaque fois que nous nous implantons dans un pays, c’est comme si nous étions logé chez quelqu’un. Cet état d’esprit, cette modestie est le facteur qui crée le lien avec l’environnement dans lequel nous opérons. Pourquoi avons-nous investi au Maroc? D’abord parce que nous avons des clients en Espagne, et pour se rapprocher d’eux, il fallait avoir une base de production. Le Maroc s’est présenté avec une offre compétitive comprenant plusieurs incitations en plus d’une zone franche industrielle. La formation et la qualité de la main-d’œuvre, la stabilité politique, tout cela nous a convaincu.

    - Etes-vous satisfait des performances de vos filiales marocaines?
    - Oui, nos affaires marchent très bien dans votre pays mais j’ai une demande à faire au gouvernement marocain. Il serait souhaitable que les incitations et les avantages accordés à l’investissement initial soient élargis aux projets d’extension. Nous voulons étendre nos activités. Pour ce,  nous avons besoin du soutien gouvernemental. C’est vraiment une attente de notre part.

    - Avez-vous l’intention de développer vos activités au Maroc?
    - Nous avons aujourd’hui trois usines à Tanger, Kénitra et Meknès qui emploient au total plus de 10.000 personnes. Nous prévoyons le démarrage d’une deuxième usine à Kénitra en janvier 2020. Nous allons recruter 2.500 employés sur ce site.
    - Le site de Renault à Tanger et, plus récemment, l’usine du groupe PSA à Kénitra vous ouvrent-ils des perspectives de business?
    - Oui, sans aucun doute. Ces deux groupes sont déjà nos clients, nous travaillons avec eux depuis de nombreuses années.

    Une méga-colonie de vacances

    Le «Summer Camp in Japan» organisé chaque année depuis 1988 par le groupe est une immense «colonie de vacances » pour les enfants des salariés du groupe qui viennent de partout dans le monde. A ce jour, 4.729 enfants des employés des filiales du groupe Yazaki à l'étranger ont participé à ce programme. Plusieurs d’entre eux viennent chaque été du Maroc.

    Propos recueillis par Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc