×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda: Le tableau de bord du CHU Mohammed VI

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5579 Le 27/08/2019 | Partager
    150.864 journées d’hospitalisation et 10.349 interventions chirurgicales
    FIV, PMA, oncologie.... 200 millions de DH pour des projets en cours
    Cinq comités de bonne gouvernance assurent le suivi
    chu-mohammed-vi-oujda-sante-079.jpg

    8.572 actes de chirurgie ont été réalisés en 2018 dans les salles opératoires fonctionnelles du CHU Mohammed VI. Cette performance a connu une augmentation de 11% par rapport à l’année 2017 (Ph CHU Oujda)

    Le Centre Hospitalo-Universitaire Mohammed VI d’Oujda est à l’heure du bilan. Depuis son inauguration en juillet 2014, de nombreuses attentes ont été satisfaites, mais des efforts considérables restent encore à effectuer notamment en matière de délais et de suivis médicaux.

    Au départ, le CHU a démarré son aventure avec un seul service opérationnel, celui de la radiologie. 5 ans plus tard, il en est à 47 services effectifs (bloc opératoire central, la réanimation adulte, les brûlés, l’imagerie médicale, les explorations fonctionnelles, etc.).

    L’ensemble de ces services garantissent 29 spécialités en médecine nucléaire, pneumologie, chirurgie thoracique/CCV, neurochirurgie, chirurgies viscérale et vasculaire, traumato-orthopédie A et b, endocrinologie, etc. Ce ne sont pas moins de 160.000 journées d’hospitalisations et plus de 10.000 interventions chirurgicales qui ont été comptabilisées au cours de ce quinquennat.

    D’une capacité litière de 673 lits, le CHU Mohammed VI est réparti sur quatre sites: l’hôpital des spécialités (380 lits), l’hôpital mère-enfant (140 lits), le centre d’oncologie Hassan II (108 lits dont 68 fonctionnels) et l’hôpital de santé mentale et des maladies psychiatriques (45 lits). Sur le plan des ressources humaines, l’effectif total du personnel en fonction a atteint 1.378 agents à fin 2018, dont 639 infirmiers, 520 médecins et 219 administratifs et techniques.

    services_sensibilite_079.jpg

    Au départ, le CHU a démarré avec un seul service opérationnel, celui de la radiologie. 5 ans plus tard, il en est à 47 services effectifs (bloc opératoire central, la réanimation adulte, les brûlés, l’imagerie médicale, les explorations fonctionnelles, etc.) d’où l’augmentation du nombre d’examens par spécialités sur les 5 ans

    «En matière de gouvernance, 5 comités assurent le suivi et l’évolution des prestations», explique Abdelkrim Daoudi, directeur du CHU. Un comité consultatif veille sur l’organisation et le fonctionnement du Centre tout en émettant des avis et des recommandations.

    De son côté, le comité de lutte contre les infections nosocomiales coordonne l’action des professionnels avec l’équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière et prépare son plan d’action annuel. Il définit également les méthodes et les indicateurs adaptés aux activités internes tout en assurant le suivi et l’analyse des risques infectieux liés aux soins.

    Quant au comité de gestion des médicaments et des dispositifs médicaux, il définit la politique du médicament et des dispositifs médicaux à l’intérieur du CHU et contribue au bon usage des produits pharmaceutiques. S’y ajoute la contribution des comités de don d’organes et d’hémovigilance

    ■ Des urgences spécialisées
    Avec une fréquentation annuelle de 80.000 passages (une moyenne de 219 passages par jour), les services d’urgence sont une véritable fourmilière qui nécessite une meilleure coordination entre les différents intervenants (médicaux et administratifs) et une meilleure fluidité d’accueil.  60% des prestations accomplies en 2018 ont été dispensées par les urgences de l’hôpital des spécialités (47.985 passages), suivi par les urgences pédiatriques (27.588 passages) et les urgences psychiatriques avec 4.133 passages. En parallèle, le centre de régulation des appels médicaux, a reçu 261.007 appels. Seulement 3.833 appels ont donné lieu à l’ouverture d’un dossier patient. Sur le plan d’hospitalisation le CHU Mohammed VI a assuré 17.182 hospitalisations complètes, 19.707 hospitalisations jour, 10.349 interventions chirurgicales, 641.575 examens biologiques, 112.326 consultations, 70.110 actes d’imagerie médicale.

    ramed_079.jpg

    Le CHU Mohammed-VI d’Oujda a totalisé un montant de 210 millions de DH en 2018. Un montant réparti entre les patients munis de la carte du Ramed qui s’élèvent à 85% et les patients munis de récépissés, soit 15%

    ■ Projets et programmes à réaliser
    Pour plus d’efficience deux programmes sont en cours de finalisation: le programme de la fertilisation in vitro et pro création médicalement assistée et le programme de la transplantation d’organes et de tissus humains. Idem pour la réalisation du futur centre d’oncologie et un nouveau bâtiment SAMU. D’autres projets seront lancés incessamment. Ils concernent l’humanisation des prestations des consultations spécialisées externes (construction d’un nouveau bâtiment en partenariat avec le Conseil Régional de l’Oriental), la construction d’un centre de rééducation, l’aménagement d’un espace vert pour les malades de la santé mentale et des maladies psychiatriques. L’ensemble de ces réalisations ont nécessité 200 millions de DH.   

    ■ Les quatre missions à réussir  
    Le CHU Mohammed VI d’Oujda assure quatre principales missions: les soins, la formation, la recherche et la santé publique. Aussi, il assure des missions prioritaires de soins et offre des prestations médicales et chirurgicales courantes et spécialisées de niveau tertiaire, avec des prestations en ambulatoire et alternatives à l’hospitalisation classique. L’établissement contribue également à l’amélioration de la qualité des enseignements en partenariat avec la faculté de médecine et de pharmacie et l’institut supérieur des professions infirmières et techniques de santé. À ce titre, il concourt à l’enseignement clinique universitaire et postuniversitaire des praticiens hospitaliers et non hospitaliers, et à la formation initiale et continue des professionnels de santé.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc