×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Opération Marhaba Les MRE plébiscitent TangerMed

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5579 Le 27/08/2019 | Partager
    Le port du détroit traîte 27% des transits
    Sebta perd en vitesse chaque année
    Avec à peine 10% des passages des Marocains du monde, contre 40% auparavant
    tangermed-oepration-marhaba-079.jpg

    Desservi par Algésiras, le port de Sebta n’assure pas la meilleure expérience utilisateur à ses usagers marocains. Surtout après la procédure, imposée en 2018, obligeant les MRE à passer par la zone tampon, un parking situé à quelques kilomètres de la frontière (Ph. Adam)

    A quelques semaines de la fin de la campagne Marhaba, le port de Sebta n’a pas encore réussi à tenir le rythme face à TangerMed. Depuis le démarrage de l’opération, en juin dernier, la ligne Algésiras-Sebta affiche une croissance moyenne de 6% en matière de trafic, alors qu’Algésiras-TangerMed est en tête avec 2 points d’avance.

    D’année en année, la part des MRE optant pour le passage par cette enclave occupée est en baisse, alors qu’il y a une dizaine d’années, elle arrivait à s’arroger près de 40% du trafic. Depuis 2017 et le démarrage des perturbations chroniques que connaît le passage frontalier Bab Sebta, la donne a changé, et la part de marché de ce passage est en baisse significative.

    Dans le temps, le passage par cette ville était considéré comme la voie express, surtout pour les habitants de Tétouan et sa région. Bateaux modernes, courte durée de traversée, une comparaison dans laquelle le port Tanger-ville était perdant à tous les niveaux.

    Dès 2010, les choses ont changé avec l’entrée en service du port TangerMed. Ses quais ont permis de rétablir l’équilibre dans les flux et de gagner de manière inexorable des parts de marché, jusqu’à s’arroger plus de 50% des flux portuaires et 27% du total des transits des MRE, tous moyens de transport confondus. Quant à lui, le port de Sebta peine à dépasser les 20% de flux maritimes et les 10% du total des MRE.

    TangerMed, de l’aveu même des MRE, a permis de réduire la durée de transit (sauf situations exceptionnelles comme en août 2018) et de satisfaire la demande avec en plus des services complémentaires, comme le contrôle des passeports dans le bateau, un service que propose le Maroc sur tous les ferrys à destination des ports marocains, une option qui se fait notablement sentir à Sebta.

    Le port de Sebta a même imposé une procédure obligeant les véhicules de MRE à passer par la zone tampon mise en place en 2018. Il s’agit d’un parking situé à quelques kilomètres de la frontière et qui a pour objectif de contrôler les flux en fonction du trafic à la Douane. L’absence de panneaux de signalisation et la méconnaissance de nombreux MRE de cette procédure sont actuellement en train de provoquer de longues files d’attente qui se rallongent durant les jours de forte affluence.

    Le bouche à oreille, qui semble très bien marcher entre les MRE avec un échange de plus en plus fréquent d’expériences de passage entre les différents trajets, risque de faire peser la balance encore plus vers les ports marocains qui assurent un passage plus fluide.

    L’interchangeabilité des billets enclenchée

    Avec 30.000 passagers en moyenne la semaine dernière, et afin de parer à toute éventualité, les autorités portuaires de TangerMed viennent d’enclencher l’interchangeabilité des billets. En clair, cela signifie que les véhicules des passagers seront traités en fonction de leur ordre d’arrivée et prendront le premier bateau disponible, quelle que soit la compagnie avec laquelle ils ont pris leur billet. Auparavant, cette mesure était prise sur l’ensemble de la campagne MRE, mais depuis l’entrée en service de TangerMed, elle est réservée aux périodes de grande affluence.
    En effet, l’autorité portuaire de TangerMed s’attend à une forte affluence lors des derniers jours d’août avec des pics dépassant la moyenne.
    En cette période, il est demandé aux voyageurs de prendre leurs dispositions, d’éviter dans la mesure du possible les dates de forte affluence, surtout s’ils voyagent avec des enfants en bas âge, avec des personnes âgées ou souffrant d’une maladie chronique.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc