×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Rabat/Tourisme: 12 milliards de DH pour renforcer la capacité hôtelière

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5571 Le 07/08/2019 | Partager
    Objectif, dépasser d’ici 4 ans, les 20.000 lits contre 8.000 lits actuellement
    Ritz Carlton, Marriott, Four Seasons…. Des enseignes prestigieuses attendues
    Kénitra, nouvelle destination d’affaires
    principaux_chantiers_071.jpg

    Durant ces quatre dernières années, Rabat a connu le lancement de plusieurs projets de construction d’hôtels de différentes gammes avec l’arrivée d’enseignes de renommée mondiale dans le secteur du tourisme. Ces projets vont permettre à la capitale et sa région de renforcer leur capacité d’accueil pour dépasser les 20.000 lits, un seuil considéré comme masse critique pour se positionner en tant que destination touristique de choix à l’exemple de Marrakech et Agadir

    Nouveau challenge pour Rabat qui veut profiter de son statut de capitale administrative pour se positionner comme une destination de choix dédiée au tourisme d’affaires et de loisirs. Une ambition à la portée de la capitale vu son potentiel historique et culturel ainsi que ses infrastructures qui se sont remarquablement développées ces dernières années grâce au programme intégré de développement urbain de la ville de Rabat (2014-2018).

    Toutefois, la région affiche un net déficit en termes de capacité hôtelière ne lui permettant pas de rivaliser avec les premières villes touristiques du pays comme Marrakech et Agadir. «La capacité actuelle ne dépasse pas, pour l’heure, les 8.000 lits, alors qu’il en faut au moins 20.000 pour être considérée comme masse critique pour construire une destination touristique de choix sur le plan national et également à l’international», précise Noureddine Sridi, Délégué régional du tourisme de la région Rabat Salé Kénitra (R.S.K).

    Pour combler ce déficit, un intérêt particulier a été donné aux projets de construction d’établissements hôteliers dans le cadre des différents programmes d’investissement réalisés ou en cours au niveau de Rabat et sa région.

    «Durant les 4 prochaines années, il est prévu un programme d’investissement de plus de 12 milliards de DH pour la construction de nouveaux hôtels de luxe ainsi que d’unités de gamme moyenne d’une capacité globale dépassant les 15.000 lits», avance une source de la délégation régionale du Tourisme. Grâce à ces projets qui vont drainer une capacité supplémentaire, Rabat et sa région pourra enfin prétendre au statut de destination touristique et dans les radars mondiaux de renom, ajoute-t-elle. 

    Dans le détail, Rabat rafle de gros investissements. 4 grands projets sont en cours de réalisation d’une capacité avoisinant mille lits pour un investissement global d’environ 3 milliards de DH. Il sont installés sur des sites emblématiques de la capitale, ce qui va leur conférer plus de charme et d’aura afin de drainer la clientèle.

    capacite_hoteliere_071.jpg

    Parmi eux, le Fairmont hôtel logé à la Marina de Salé et dont la construction est prise en charge par Eagle Hills Morocco, société privée d’investissement et de développement immobilier. Situé près de l’embouchure du Bouregreg sur l’Atlantique et dominé par les sites historiques des Oudayas et celui de la Tour Hassan, le projet porte sur la réalisation d’un hôtel d’une capacité de 186 chambres et suites ainsi que 88 résidences de luxe.

    A cela s’ajoutent toutes les annexes nécessaires: restaurants, piscines, salles de conférences, boutiques… La réalisation de cet établissement, dont l’ouverture était prévue fin 2019, a nécessité la mobilisation d’un investissement de près 600 millions de DH. Toujours près de la façade atlantique, un autre grand hôtel de luxe en cours de construction au niveau de la corniche de Rabat et plus précisément sur le site de l’ancien hôpital militaire, connu sous le nom de Marie Feuillet.

    La gestion de cet établissement sera assurée par l’enseigne internationale Four Seasons. Sa réalisation va nécessiter un investissement de plus d’un milliard de DH. L’offre hôtelière au niveau de la capitale sera étoffée par un hôtel de luxe en cours de construction au golf Dar Essalam dont la gestion sera assurée par l’enseigne Ritz-Carlton. D’une capacité de 120 suites, la réalisation de ce projet va nécessiter un budget d’environ 400 millions de DH.

    Un autre hôtel va enfin voir le jour avant fin 2019 après un long retard. Il s’agit du Marriott réalisé par la Foncière Chellah, filiale de CDG, dans le cadre du grand projet Arribat Center en plein quartier de l’Agdal. D’une capacité de 370 lits, cet établissement nécessitera un budget de près 600 millions de DH.

    Sur la rive droite du Bouregreg se dressera le méga projet de la Tour Mohammed V dont les travaux sont en cours. Un hôtel de luxe fait partie des composantes de la future tour de 55 étages et d’une hauteur avoisinant les 250 mètres.

    Signalons par ailleurs que l’agglomération de Rabat-Salé s’est dotée dernièrement d’une structure pour abriter les colloques et les événements de grande envergure. Il s’agit du Palais des Congrès-Rabat Bouregreg avec plusieurs salles de réunion d’une capacité globale de près 3.000 places.

    Des hôtels pour accompagner l’industrie automobile

    Le nombre d’établissements hôteliers classés au niveau de Kénitra était très limité avec une capacité ne dépassant pas 600 lits. L’ouverture de la plateforme industrielle Atlantique Free Zone, dédiée à l’industrie automobile, a créé le besoin pour la construction de nouvelles unités hôtelières pour héberger les managers et les cadres des différentes sociétés étrangères installées au niveau de cette zone lors de leurs déplacements au Maroc. Actuellement, près d’une trentaine de projets d’hôtels sont en cours d’étude dont 5 sont déjà en chantier. «D’un coût global d’environ 4 milliards de DH, ces établissements vont décupler la capacité litière actuelle, la portant à 6.000 lits d’ici 2020», indique le Délégué régional du tourisme. Pour les touristes nationaux, notamment les MRE, la première tranche de la station Biladi Mehdia est déjà opérationnelle avec notamment une résidence hôtelière d’une capacité de 600 lits. Une autre résidence est prévue dans le cadre de la deuxième tranche dont le lancement est programmé prochainement. 

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc