×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d’intégration locale de 30%

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5557 Le 16/07/2019 | Partager
    rhalmi_alstom_5557.jpg
    Nommé en septembre 2018, Nourddine Rhalmi, PDG d’Alstom Maroc, devra mener les opérations pour doubler les capacités de Cabliance, passant à 12.000 m2 de superficie et plus d’un millier de postes d’emploi (Ph. L’Economiste)

    Alstom Maroc revendique un taux d’intégration locale de l’ordre de 30% au Maroc. Le site exporte l’intégralité de sa production vers la France, l’Espagne, la Belgique, l’Italie et la Pologne. Le chiffre d’affaires et les volumes à l’export devront doubler d’ici 2023. Décryptage de l’un des acteurs majeurs de l’écosystème ferroviaire au Maroc

    - L’Economiste: Comment évoluent les volumes à l’export et vers quels pays?
    - Noureddine Rhalmi: Aujourd’hui, 100% de notre production est destinée à l’export et 100% vers les sites Alstom en Europe. Depuis le rachat des parts par Alstom en 2016, la volumétrie a augmenté de 60% en 3 ans. Les pays concernés par nos exportations sont la France, l’Espagne, la Pologne, la Belgique et l’Italie.

     - A combien s’élève le taux d’intégration locale de Cabliance? Quel est le nombre des fournisseurs locaux de cet écosystème de câblage.
    - Le taux d’intégration locale est actuellement de 30%. Il est composé principalement de fournisseurs de tôleries. Le nombre de fournisseurs locaux est composé de 8 industriels.

    - Quel a été le bilan de formation et transfert de compétences pour la pérennisation de l’usine et son ancrage local au service d’Alstom International?
    - Globalement, le bilan de la formation  et celui du transfert de compétence sont très positifs. Le site de Fès a été récemment certifié ISO 9001 & ISO 14001. La campagne d’audit a eu lieu en novembre 2018. Le site a pu développer de nouveaux produits et projets avec un niveau de technologie élevé pour plusieurs plateformes, notamment le projet du métro de Dubaï ou encore le projet de tramway de dernière génération à Sydney.
    - Comment évolue l’usine depuis l’acquisition de 100% des parts en 2016?
    - Depuis 2016, le chiffre d’affaires et les exportations ont augmenté de plus de 50% à fin 2018. Ils devront doubler d’ici 2021. Les nouvelles capacités de l’usine vont certainement se traduire par des créations d’emplois.

    - Compte tenu des nouveaux marchés (tram, LGV, trains...), à combien s’élèvent les effectifs actuels et les emplois à créer?
    - La future usine d’Alstom Fès va nous permettre de doubler notre capacité de production actuelle. Nous devrons passer de 400 emplois (effectifs actuels du site) à un millier d’ emplois directs et indirects d’ici 2023. Avec les nouveaux marchés remportés par Alstom à travers le monde, les faisceaux et armoires électriques devront être fabriqués en partie sur le site Alstom Cabliance.

    - Quelles sont les principales opportunités à venir pour Alstom au Maroc et comment vous vous positionnez sur le marché?
    - Plusieurs chantiers ont été annoncés. Il s’agit notamment de EMU, signalisation des voies, l’appel d’offres autour des lignes de tramway Casa 3 et 4 ou encore les prochaines phases de développement du réseau LGV. Alstom contribue déjà au développement d’importants projets de mobilité au Maroc. Le groupe aspire à pérenniser ce partenariat dans le futur, grâce à la présence d’équipes locales hautement qualifiées et à sa gamme complète de solutions de transport éprouvées et compétitives.

    - Vu le potentiel de l’écosystème ferroviaire, Alstom prévoit-il la création d’un site de production au Maroc, à l’instar de l’Algérie et l’Afrique du Sud?
    - Notre stratégie repose sur la construction d’un environnement solide qui permettra de pérenniser la présence d’Alstom au Maroc, à travers le développement d’un panel solide de fournisseurs, de savoir-faire dans les sous-systèmes clés et des compétences ainsi que de l’expertise locale. Aujourd’hui, nous envisageons de pérenniser notre présence industrielle dans le pays  à travers notre usine de câblage à Fès.

    Un marché régional de 10 milliards d’euros/an

    Le spécialiste des transports ferroviaires Alstom a présenté récemment son plan stratégique pour 2019-2023 ainsi que les réalisations et la vision d’Alstom Maroc qui tend à renforcer sa présence industrielle dans le Royaume. Le président Moyen-Orient et Afrique, Didier Pfleger, a exposé, au lendemain de l’assemblée générale du groupe, la nouvelle stratégie baptisée «Alstom in Motion». Une nouvelle identité visuelle qui vise à faire du groupe français un acteur innovant pour une mobilité durable et intelligente, notamment sur le marché Afrique et Moyen-Orient dont la taille est estimée à 10 milliards d’euros par an. Le groupe se fixe comme objectifs de continuer à croître en renforçant le nombre de ses sites de production, d’innover dans des solutions de mobilité plus vertes et plus intelligentes et de répondre efficacement à la contrainte de livraison grâce à la puissance digitale.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc