×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Agroalimentaire: La balance commerciale excédentaire pour la 2e année

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5556 Le 15/07/2019 | Partager
    Bonne avancée des primeurs et produits de la mer
    Agrumes, hausse des volumes, baisse de rentabilité

    Le système de contrôle des produits agricoles frais et transformés se digitalise. Lancé en septembre 2018, il vient d’être présenté aux professionnels. La phase pilote du projet concerne les expéditions des tomates à partir d’Agadir transitant via Tanger Med. Selon les responsables de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (Eacce), «le nouveau système se traduit par des gains en compétitivité en réduisant le temps de traitement via la dématérialisation». 
     La rencontre avec les professionnels a permis également de faire le point sur la situation des exportations des produits agroindustriels. Sur les 8 dernières années, ils  ont enregistré une forte croissance, passant  d’environ 29 milliards de DH en 2010 à 57,3 milliards en 2018. Ce dynamisme a permis au secteur de porter sa contribution à 21% du total des exportations du pays. Dégageant ainsi une balance commerciale excédentaire pour la 2e année consécutive.

    A fin mai dernier, l’export de produits agro-industriels a atteint 2,6 millions de tonnes, en hausse de 9% par rapport à la même période de 2018. 
    Par familles de produits, les primeurs sont en bonne position avec 1,11 million de tonnes contre 1,05 million, la campagne précédente.
    Pour ce qui est des agrumes, les chiffres arrêtés à fin mai dernier situent les exportations à 663.000 tonnes contre 645.000 à la même date de la campagne précédente. Mais selon nos informations, les prix réalisés sont dans la majorité des cas en dessous des coûts de revient. Et la profession serait en négociation avec la tutelle pour obtenir un plan de sauvetage. Certains professionnels n’hésitent pas en effet de qualifier le secteur de sinistré suite à deux campagnes jugés médiocres. Cette année, nombreux sont les producteurs qui ont laissé les fruits sur les arbres. 

    La  note d’optimisme tient à la pénétration, avec des expéditions normalisées, du marché africain. Selon l’Eacce, l’export d’agrumes sur le continent a atteint 25.400 tonnes, soit 4,7 fois le volume réalisé en 2017-2018. De fait, les sorties de fruits et légumes sur ce marché frôlent les 100.000 tonnes mais en vrac et donc non contrôlées par l’Etablissement.

     

    Résilience des produits transformés 

    La saison qui arrive à sa fin a été également marquée par la percée de certains produits notamment les fruits rouges avec 72.900 tonnes, la pomme de terre, 53.900, et l’oignon: 17.700 tonnes.
    Concernant les produits agricoles transformés, notamment les olives de table, les fruits et les condiments, le volume est en  forte hausse de 15%. Il s’établit à 285.000 tonnes contre 247.000, la campagne précédente.  Il en est de même, des produits de la mer qui enregistrent une augmentation de 18%. Depuis le lancement de la saison d’exportation, le volume expédié s’élève à 578.000 tonnes.  

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc