×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le détail de l’écosystème industriel de PSA Maroc

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5540 Le 21/06/2019 | Partager
    Un investissement global de 560 millions d’euros
    Une capacité de production de 100.000 véhicules
    Un taux d’intégration locale de 60% qui montera à 80% à terme
    psa-1-040.jpg

    Révélation de la Peugeot 208 de l’usine de Kénitra. L’un des best-sellers de PSA qui devra battre des records à l’export (Ph. Bziouat)

    Coup d’envoi royal à l’écosystème de PSA Maroc. Un site majeur pour l’avenir du groupe éponyme dans la région et un pôle industriel d’envergure internationale très suivi par les constructeurs généralistes! Comme annoncé par L’Economiste, l’usine flambant neuve du groupe français a été officiellement inaugurée par le Souverain Mohammed VI, jeudi 20 juin à Kénitra.

    La cérémonie d’inauguration intervient 4 ans, jour pour jour, après la signature de l’accord entre l’Etat marocain et le groupe français en 2015.  Le constructeur automobile lance une usine moderne avec une capacité de production de 100.000 véhicules par an. Un investissement global de 560 millions d’euros.

    L’objectif est de doubler les ventes dans la zone  Afrique Moyen-Orient. Les capacités devront augmenter progressivement pour atteindre la barre des 200.000 unités par an. Dès le démarrage, PSA revendique un taux d’intégration locale de 60%. Ce qui est en phase avec les engagements pris avec l’Etat marocain. L’implantation de PSA a permis l’ouverture d’une soixantaine d’entreprises dans l’écosystème, dont 27 greenfields.

    «Le groupe a réalisé au Maroc ce qu’aucun constructeur au monde n’a fait sur le continent... De plus, c’est un site industriel intégré de bout en bout avec l’ensemble de la chaîne de valeurs», fait valoir Jean-Christophe Quémard, vice-président de la Région Moyen-Orient Afrique et membre du Directoire du groupe PSA.  Le site flambant neuf produira notamment la Peugeot 208, un best- seller de PSA qui a un fort potentiel de commercialisation dans les différents marchés de la région.

    Situé au cœur de la zone franche de Kénitra (Atlantic Free Zone dans la commune rurale de Ameur Seflia), le site tournait en mode Soft Opening depuis plusieurs mois.  Il est configuré pour produire des véhicules des segments B et C avec un fort contenu (intégration) local et bâtis sur la même plateforme modulaire CMP (Commun Modular Platform). Un process qui permet plus d’agilité, de modularité, des synergies et surtout de la polyvalence sur les lignes de production. A l’avenir, la même plateforme pourrait accueillir des véhicules électriques.

    L’usine a été construite par le groupe marocain SGTM, qui a pris en charge les études et la réalisation des bâtiments ainsi que les infrastructures du site. A terme, elle comptera 2.500 salariés et un millier d’emplois auprès de la sous-traitance.

    Ce complexe marocain se veut un grand pari industriel du groupe PSA, puisqu’il permettra au constructeur d’accélérer sa production et reconquérir des marchés importants relevant de la zone Afrique, Maghreb et Moyen-Orient où les véhicules des segments B et C sont très prisés.

    Ce qui rentre parfaitement dans l’esprit de la stratégie d’internationalisation impulsée par Carlos Tavares, président du Directoire du groupe PSA. Selon la stratégie de Tavares, il ne suffit pas de vendre à l’international, il faut aussi y produire des véhicules en volumes importants, dans les mêmes standards et aux meilleurs coûts. Le groupe avait d’ailleurs promis une «offensive commerciale sur l’Afrique».

    psa-2-040.jpg

    Les tout premiers véhicules produits à Atlantic Free Zone, dans la localité de Ameur Seflia. Ils devront inaugurer les premiers flux de convoyage ferroviaire vers TangerMed (Ph. Bziouat)

    Au Maroc, l’usine permettra de booster la commercialisation des voitures du groupe, produites localement. Le marché marocain devra absorber 10% des volumes produits à Kénitra. Mais l’essentiel (90%)  sera orienté à l’export en Afrique subsaharienne, au Maghreb et au Moyen-Orient. Le sourcing Maroc est un autre argument fort pour PSA. Le positionnement Best Costs du tissu des fournisseurs basés au Maroc permettra des économies d’échelle au constructeur.

    En 2018, et avant même le démarrage officiel de l’usine marocaine, les achats du groupe français ont franchi la barre des 8 milliards de DH. Au total, 63 équipementiers et greenfields approvisionnent le groupe, dont une cinquantaine alimentent déjà le site de Kénitra.

    Tout l’enjeu est là, puisque le transfert de know how et la montée des compétences des ressources s’opèrent déjà. Ce qui accélère et sécurise massivement la valeur ajoutée tout en garantissant les objectifs de la taille critique. Et c’est l’intégration de la composante Motorisation dans le process qui a permis de démarrer l’usine avec un taux d’intégration locale assez élevé (60%). D’ailleurs, depuis décembre dernier, le site produit des moteurs destinés à des véhicules également produits en Slovaquie.

    Sur le plan commercial, PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) a vu ses livraisons de voitures particulières neuves progresser de 4,3% dans l’Union européenne en mai dernier, tandis que celles de Renault (avec Dacia, Alpine, Lada) ont baissé de 3,7%, d’après les chiffres de l’Association des constructeurs automobiles européens (ACEA).

    Les best-sellers de la marque au lion sont incontestablement la 3008 et la 208. L’usine de Kénitra devra produire la toute nouvelle Peugeot 208, principalement des modèles d’entrée de gamme. Ce qui fera de ce véhicule le fer de lance de la politique de reconquête du groupe PSA dans la région Afrique et Moyen-Orient lors des quatre prochaines années.

    Peugeot 208, le fer de lance

    Parmi les temps forts de la cérémonie d’inauguration  officielle, la révélation  de la nouvelle Peugeot 208 made in  Maroc, qui sera la fierté du site de Kénitra à l’international. En présence du Roi Mohammed VI qui a visité les installations, l’événement a été marqué par le lancement de la plateforme de production d’où sortiront bientôt les nouvelles 208, après des phases de tests concluants effectués discrètement ces dernières semaines. Selon Jean-Christophe Quemard, la vision portée par le Roi du Maroc de développer des écosystèmes économiques performants est dorénavant une réalité pour le Groupe PSA avec toutes ses composantes, à commencer par la plus importante : la formation professionnelle des hommes et des femmes qui feront le futur de l’industrie automobile.

    Repères

    • Un investissement global de 557 millions d’euros
    • Un taux d’intégration locale de 60%, qui sera porté ensuite à 80%
    • Une capacité de production de 100.000 véhicules, qui montera progressivement à 200.000
    • 100.000 moteurs et 200.000 à terme
    • 8 milliards de DH de sourcing local en 2018
    • Une cinquantaine de fournisseurs basés au Maroc
    • 63 équipementiers fournissent le groupe
    • L’usine accueille 2.500 emplois à terme
    • 90% de la production orientée à l’export.

                                                                          

    Avantages et incitations

    usine-psa-040.jpg

    A l’instar de Renault Tanger, PSA Kénitra bénéficie de nombreux avantages et incitations liés au principe des zones franches en plus de la formation. L’Etat marocain a fait preuve de beaucoup de pragmatisme dans l’accompagnement de ce projet en particulier. En effet, il a donné des garanties pour manœuvrer le maintien de cet investissement. Il a versé une prime d’investissement dont une partie dédiée à la formation.
    L’Etat a également promis une exonération des taxes à l’export et des impôts sur le bénéfice (IS) pendant quelques années. Pour verrouiller l’investissement et la logistique, les pouvoirs publics ont relié le site de production à la voie ferrée pour un accès direct au port de TangerMed. Turquie, Tunisie, Afrique subsaharienne, Moyen-Orient... Le site exportera ses véhicules vers 80 marchés. Le groupe PSA compte une dizaine d’implantations industrielles dans la même zone (Afrique-Moyen-Orient). Le site iranien est en stand-by depuis les sanctions américaines infligées à la République islamique.

    Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc