×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5533 Le 12/06/2019 | Partager

    ■ Les Etats-Unis interviennent dans la crise soudanaise
    Le secrétaire d’Etat américain adjoint chargé de l’Afrique, Tibor Nagy, doit se rendre dans les prochains jours au Soudan afin d’instaurer un dialogue entre l’armée au pouvoir et les représentants de la contestation. Ces derniers, initiateurs d’un mouvement de désobéissance civile, entendent maintenir la pression sur les généraux au pouvoir à Khartoum malgré un durcissement de la répression. Les Etats-Unis, ayant condamné les violences contre les manifestants, ont précisé que l’émissaire «appellera à la fin des attaques contre les civils». En effet, les représailles ont fait depuis le 3 juin 118 morts et plus de 500 blessés dans le pays. La contestation a affirmé que le mouvement de désobéissance civile continuerait jusqu’à ce qu’un pouvoir civil soit instauré, et ce malgré les répressions sanglantes.

    ■ GB: Boris Johnson réprimandé pour son «bluff»
    La course à la succession de la Première ministre britannique, Theresa May, a démarré lundi dernier en trombe, plusieurs candidats se liguant pour attaquer le grand favori Boris Johnson et son «bluff» sur le Brexit. Ce dernier a en effet scandalisé l’opinion publique européenne en menaçant de ne pas payer la facture de sortie de l’UE, un montant évalué entre 40 et 45 milliards d’euros, si l’Europe n’accepte pas de meilleures conditions de sortie pour son pays. Le prochain leader des Tories devra maîtriser «l’art de la négociation, pas l’art de la rhétorique creuse», a fait valoir le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt. L’ancien ministre du Brexit, Dominic Raab, a quant à lui déclaré: «nous ne réaliserons pas le Brexit avec bluff et fanfaronnades». Johnson, connu pour ses gaffes, demeure néanmoins favori pour diriger le retrait britannique imminent, prévu pour le 31 octobre prochain. o

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc