×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Financement: Embouteillage au guichet de la CCG

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5518 Le 17/05/2019 | Partager
    5.652 TPME bénéficiaires au 1er trimestre soit le triple comparé à l'année dernière
    Le gouvernement va renforcer les ressources du dispositif
    5,5 milliards de DH de crédits mobilisés par les entreprises dont 3/4 liés à l'exploitation
    credit_018.jpg

    Damane Atassyir est le produit phare de la CCG en ce moment avec 3,9 milliards de DH de crédits mobilisés sur un total de 5,5 milliards de DH. Cela témoigne des difficultés de trésorerie des entreprises

    Sans le soutien de la Caisse centrale de garantie, plus de 5.600 TPME n'auraient vraisemblablement pas pu se financer auprès des banques. Les entreprises bénéficiaires du soutien de la CCG au 1er trimestre sont trois fois plus importantes comparé au trois premiers mois de 2018.

    Débordée par les demandes, la Caisse elle-même a besoin de ressources supplémentaires pour faire face à son succès. Une augmentation des moyens est prévue. C'est en tout cas ce qu'a indiqué récemment le ministre des Finances.

    Au premier trimestre, les entreprises ont mobilisé 5,5 milliards de DH de crédits grâce aux garanties de la Caisse (3 milliards de DH). Tous les compartiments sont en forte croissance. Toutefois, la ventilation par instrument démontre bien l'état d'esprit des chefs d'entreprise qui sont préoccupés par l'exploitation quotidienne de leur activité et par la nécessité de trouver des solutions pour boucler les fins de mois.

    Plus de 72% du volume de crédit, soit 3,96 milliards de DH ont été orientés vers le financement des besoins de fonctionnement. Même pour ces crédits de maturité courte, les garanties exigées paraissent lourdes. Elles représentent 54% des engagements des banques.

    Cette situation soulève au moins deux commentaires. Soit les banques sont toujours frileuses vis-à-vis des PME en l'absence d'une connaissance fine de cette clientèle, soit la gouvernance de ces entreprises demeure un vrai problème. En tout cas, ces deux éléments participent au manque de confiance dans la relation banque/entreprise.

    Le dispositif de soutien au financement de la création, du développement et de la restructuration des TPME (Damane Istitmar) a, lui, permis de lever 740 millions de DH auprès du secteur bancaire. Ces capitaux ont généré un investissement de 1,15 milliard de DH soit un levier de 1,5. Les financements levés pour les TPE grâce à Damane express ont totalisé 533 millions de DH sur les trois premiers mois de l'année.

    Au-delà des entreprises, la CCG apporte sa garantie pour les particuliers. Près de 6.200 en ont bénéficié au premier trimestre et ont pu emprunter 1,2 milliard de DH. La caution de la Caisse s'élève à 883 millions de DH.

    F. Fa

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc