×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Comment les familles perçoivent l’école marocaine

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5517 Le 16/05/2019 | Partager
    Une enquête menée par le Conseil supérieur de l’éducation
    2 autres rapports sur les associations des parents d'élèves et l’enseignement supérieur
    Les résultats présentés aux membres du conseil

    A l'approche du terme de son premier mandat, le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) accélère le rythme de travail. «Nous devons achever les chantiers que nous nous étions engagés à réaliser durant cette période», a précisé Omar Azziman, président du CSEFRS, lors des travaux de la 16e session du Conseil, du 14 au 16 mai.

    D’ailleurs, cette dernière session confirme la montée en puissance avec un ordre du jour chargé et riche en enseignements. Le Conseil divulgue en effet le thème d'une étude «réalisée pour la première fois sur le plan national», indique Rahma Bourqia, directrice de l'Instance nationale d'évaluation auprès du CSEFRS.

    «Il s’agit d’une enquête de terrain sur les ménages et l’éducation, dont la valeur ajoutée consiste à proposer une étude scientifique qui identifie et analyse les perceptions de l’école marocaine, publique et privée, par les familles», explique Azziman.

    «Cette étude va nous rapprocher de la perception des familles sur l’école marocaine et également nous fournir des éléments sur ce sujet comme par exemple le montant des dépenses supportées par les familles», ajoute Bourqia. A l'heure où nous mettions sous presse, les résultats de cette enquête devaient être présentés aux membres du Conseil, lors de cette session qui s’est tenue à huis clos pendant deux jours.

    Au cours de ces deux journées, le projet de rapport concernant l’enseignement supérieur à l’horizon 2030: perspectives stratégiques a également été examiné. «C’est un travail élaboré par la Commission permanente de la recherche scientifique et technique et de l’innovation, en collaboration avec l’Instance nationale de l’évaluation», précise le président du conseil.

    L’objectif de ce rapport est «d’apporter une contribution à la réforme de l’enseignement supérieur, à même de permettre à ce cycle d’enseignement de réaliser un saut qualitatif et quantitatif et de relever les défis qui s’imposent à lui, conformément à la vision stratégique de la réforme et à ses orientations fondamentales».

    Un autre projet de rapport, tout aussi essentiel dans la réussite de l’école marocaine, a également fait l"objet de discussions. Il concerne principalement les associations des parents et tuteurs d’élèves, des acteurs très importants de la vie de l'école. «Ce rapport permettra de renforcer le statut et les missions de ces organisations en vue de leur permettre de jouer pleinement leur rôle dans la promotion de l’école marocaine», explique Azziman.

    Au menu également, un projet d’avis sur «L’éducation des personnes en situation de handicap: pour une éducation inclusive, équitable et efficiente». A partir d’un diagnostic de l’état des lieux, ce travail aura pour objectif de contribuer à l’amélioration de la scolarisation des personnes en situation de handicap, notamment à travers le développement des politiques en la matière.

    Et également l’adaptation des espaces et des pratiques pédagogiques, dans le sens de la consécration d’une éducation inclusive, équitable, de bonne qualité et efficiente pour les concernés, ajoute le président du Conseil.

    Evaluation de la vision stratégique

    Un autre document d’une grande importance figurait à l’ordre du jour. Il s’agit d’un travail qui porte sur le thème: le cadre de performance du suivi de la vision stratégique durant la période 2015-2018. «C'est une première contribution qui met à la disposition du Conseil un important fonds de données relatives à l’avancement de la mise en œuvre des leviers de la réforme éducative, au degré de réalisation de ses objectifs et nous enseigne sur la dynamique de changement escompté», conclut Azziman.

    N.E.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc