×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Energies renouvelables: L’intérêt des universités se confirme

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5516 Le 15/05/2019 | Partager
    17 laboratoires créés dans des universités avec le soutien d’Iresen
    Plusieurs masters et groupes de recherche dédiés aux énergies renouvelables

    Les universités affichent un intérêt de plus en plus poussé en matière d’énergies renouvelables, vu les opportunités d’emplois qu’elles présentent ces dernières années. Cet intérêt s’est matérialisé au niveau des offres de formation de plusieurs établissements d’enseignement supérieur comme cela est le cas notamment à l’Université Mohammed V de Rabat.

    C’est d’ailleurs l’Iresen, qui, en plus de ses plateformes propres, a contribué à la mise en place de 17 laboratoires au sein des universités marocaines. Cela a permis aux établissements de dispenser des formations académiques dans ce domaine et aux étudiants de  travailler leurs projets de recherche dans des conditions optimales.

    Parmi les unités de recherche de la faculté des sciences de Rabat (FSR), une dédiée au groupe matériaux et nanomatériaux pour la conversion photovoltaïque et le stockage électrochimique (MANAPSE), comprenant des chimistes et des physiciens.

    «Nos travaux portent sur les matériaux en couches minces et nanoparticules pour les dispositifs photovoltaïques (matériaux absorbeurs et collecteurs de charges)», précise Mohammed Abd-Lefdil, professeur à la FSR et responsable du groupe Manapse.

    La cellule s’intéresse également à un autre volet de recherche concernant les phosphates et les nouveaux matériaux pour le développement de batteries lithium-ion et sodium-ion à haute densité de stockage, Pour l’enseignant de la FSR, le développement des ressources humaines, selon les standards internationaux, s’impose pour accompagner la stratégie énergétique du Maroc.

    A ce titre, il rappelle que son établissement a lancé depuis 2014 un master intitulé: Energies renouvelables et stockage, qui permet la sortie de près 25 lauréats par an. Ce renforcement des capacités se fait également dans le cadre des projets de coopération, particulièrement avec l’Union européenne.

    H2020 Super PV est l’un de ces projets dont l’objet vise à tester l’évolution des performances photovoltaïques de panneaux solaires innovants ainsi que de nouveaux onduleurs, sous des conditions climatiques réelles, explique Abd-Lefdil. Ce projet offre aussi des stages de formation pour les doctorants et les seniors ainsi qu’un soutien financier pour acquérir certains équipements, ajoute-t-il. L’Université internationale de Rabat (UIR) est également engagée dans la formation et la recherche dans ce domaine à travers notamment son école supérieure d’énergie.

    «Sur les 300 brevets d’invention de l’UIR, une cinquantaine traite des énergies renouvelables et de leurs applications», rappelle Abdelaziz Benjouad, vice-président à la R&D à l’UIR. Cette université vient de décrocher le financement de deux projets dans le cadre des appels à projets lancés par Iresen. L’un porte sur le développement d’un système de gestion de l’énergie pour les bâtiments intelligents.

    Alors que l’autre vise la mise en place d’une unité d’assemblage des solutions d’éclairage solaire performant à LED avec un objectif de créer une start-up fondée sur les brevets et les prototypes développés au niveau de l’UIR, explique Benjouad. C

    e dernier rappelle que d’autres projets sont en cours de développement au sein de son établissement sur divers sujets qui se rapportent à des problématiques posées au Maroc, comme le dessalement de l’eau de mer par l’énergie solaire et la production d’une technologie photovoltaïque à concentration (CPV) à faible coût, appropriée pour le contexte marocain.

    Dans le même registre, il faut signaler l’implication d’Iresen dans la mise en place de trois masters dans le cadre d’un partenariat, l’un avec l’Université Cadi Ayyad de Marrakech sur l’ingénierie des systèmes solaires thermodynamiques.

    Les deux autres sont créés conjointement par Green Energy Park et l’UM6P. Le premier se rapporte à l’ingénierie des bâtiments verts et l’efficacité énergétique, alors que le second concerne l’ingénierie électrique pour les énergies renouvelables et les réseaux intelligents.  

    Signalons par ailleurs que la formation des ingénieurs dans le domaine de l’énergie va se renforcer par l’ouverture, en septembre prochain, d’une filière à l’Enset de Rabat portant sur l’ingénierie des systèmes énergétiques.

    Les défis de la recherche

    efficacite_energitique_016.jpg

    Deux défis majeurs se posent à la recherche dans le domaine des énergies. Le premier porte sur le développement de matériaux pour la fabrication de panneaux à bas coût avec une performance dans le temps. L’autre point concerne le stockage de l’énergie notamment pour les batteries. Le développement de la commercialisation des voitures électriques nécessite des batteries de grande capacité de stockage d’énergie permettant d’assurer leur autonomie pour une longue durée, avec la possibilité de les recharger rapidement, indique le professeur de la FSR. Donc, pour ce dernier, les nouveaux matériaux pour le stockage électrochimique de l’énergie (batteries lithium-ion, sodium-ion,…) constituent une voie très intéressante au vu de l’évolution des véhicules électriques et de l’alimentation en électricité des sites isolés. Grâce aux progrès de la recherche, notamment en ce qui concerne les batteries, on prévoit une baisse dans le prix de la voiture électrique de 1/3 d’ici 3 ans et de 2/3 dans 5 ans, selon le DG d’Iresen.

    N.E.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc