×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Humour: La tornade Tijani poursuit sa tournée

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5513 Le 10/05/2019 | Partager
    Le comédien jouera son spectacle «Jeux de société» le 13 mai au Mégarama
    Une galerie de personnages réalistes et hilarants pour dénoncer les paradoxes de la société marocaine
    Paris, Bruxelles, Montréal… sa tournée mondiale achevée le mois dernier
    jalil-tijani-013.jpg

    L’étoile montante de l’humour Jalil Tijani foulera à nouveau les planches casablancaises le 13 mai. Un portrait à la fois réaliste et hilarant de la société marocaine qui la tourne en dérision avec bienveillance pour en dénoncer les travers (Ph. JT)

    Chacun de ses spectacles s’achève automatiquement par une standing ovation, à croire que le public ne se lasse pas de ses sketchs! L’hilarant Jalil Tijani revient à nouveau fouler la scène marocaine pendant Ramadan, emportant avec lui sa galerie de personnages aussi réalistes qu’absurdes.

    L’humoriste rbati jouera ainsi son one-man-show «Jeux de société» le 13 mai au Mégarama de Casablanca. L’occasion pour ses fans mais aussi pour les non-initiés de rire à gorge déployée après la rupture du jeûne tout en réfléchissant aux paradoxes de nos comportements.

    Ecrit à la fois en français et en darija, le spectacle de Tijani brosse le portrait bienveillant de 12 personnages déjantés mais surtout attachants qui tiennent le spectateur en haleine pendant près d’une heure et demie.

    Parmi les plus marquants notamment, la bourgeoise déconnectée de la réalité et accro aux commérages, le fils à papa qui n’arrive pas à aligner trois mots en arabe, le fonctionnaire prêt à toutes les contorsions pour flatter son patron et décrocher une promotion ou encore le chauffeur de taxi perdu entre clichés et éclairs de génie.

    Sans oublier Badia la Casablancaise, matérialiste au possible et qui appelle les garçons par les marques de leurs voitures. Un rôle qui lui avait valu de se faire connaître du public casablancais lors de la première de Karim Duval en 2017. Chacun d’entre eux, aux traits légèrement grossis mais souvent justes incluant notamment la vanité ou encore la vantardise, laisse une impression de déjà-vu aux spectateurs, qui redoublent alors d’attention et d’intérêt.

    Un show réussi à travers lequel le jeune trentenaire beau gosse dénonce les travers de la société marocaine. Du racisme à la corruption, en passant par l’ascenseur social bloqué au sous-sol ou encore le pistonnage, Tijani parvient à s’inspirer de son quotidien mais également de grands acteurs comme Louis de Funès ou encore Jim Carrey pour désamorcer des tensions par le biais du rire et sans concession.

    L’humoriste vient d’achever par ailleurs une tournée mondiale, qui a débuté A l’Alhambra de Paris le 20 février pour se poursuivre au Bozar de Bruxelles le 21 février avant de prendre fin à New York et Montréal le mois dernier. Ces premières représentations à l’étranger de l’étoile montante ont convaincu un public de la diaspora composé de plusieurs centaines de Marocains.

    Karim AGOUMI

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc