×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Pétrole: Menace sur les réserves de changes

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5513 Le 10/05/2019 | Partager
    +30% du cours du baril depuis le début de l'année
    Les prix moyens actuels sont proches de l'hypothèse de la loi de finances
    Un dollar de plus pèse 500 millions de DH sur la balance commerciale
    brent_013.jpg

    Le cours du Brent s'est apprécié de 30% depuis le début de l'année. L'économie demeure très sensible à l'évolution du prix du pétrole. D'où la reconduction à plusieurs reprises de la Ligne de précaution et de liquidité. Le Maroc a souscrit à cette assurance contre les chocs extérieurs pour la première fois en 2012 et l'a renouvelée à trois reprises

    A la pompe, le prix du carburant est reparti à la hausse depuis quelques semaines. Les raisons de cette remontée tiennent au comportement du cours du pétrole qui pourrait s'embraser par les facteurs géopolitiques. Beaucoup d'experts redoutent l'impact de la tension entre les Etats-Unis et l'Iran.

    En décalé, les consommateurs ressentent la remontée du prix de l'or noir. De 55 dollars en début d'année, le baril de pétrole (Brent) vaut autour de 70 dollars actuellement. Au ministère des Finances, l'on suit de près l'évolution de l'or noir. «Les équilibres macroéconomiques ne tiennent qu'à un fil. Il suffit que le cours du pétrole remonte à 80-90 dollars pour les fragiliser», ont laissé entendre des directeurs centraux.

    L'évolution du prix du pétrole est fortement liée à la conjoncture internationale et aux décisions de l'administration américaine. La fin des dérogations accordées aux importateurs du pétrole iranien a fait bondir les cours récemment. Mais, les Etats-Unis comptent sur leurs alliés du Golfe notamment pour ne pas laisser filer les prix.

    En moyenne, les prix sont proches des hypothèses de la loi de Finances. «Malgré les dernières hausses, le prix du baril reste à un niveau acceptable. Nous ne voyons pas de mouvement particulier chez les importateurs par rapport à l'évolution des cours», relève un banquier dans une salle des marchés.  

    L'économie marocaine demeure très sensible à l'évolution du prix du pétrole. D'où la reconduction à plusieurs reprises de la Ligne de précaution et de liquidité. Le dernier accord remonte à décembre 2018 et porte sur un montant de 3 milliards de dollars sur deux ans. Le Maroc a souscrit à cette assurance contre les chocs extérieurs en 2012.

    reserves_de_change_013.jpg

    Une explosion de la facture énergétique pourrait avoir des conséquences lourdes sur les réserves de changes, surtout si les autres sources de rentrées de devises (recettes de voyages, transferts MRE, investissements directs étrangers) n'assurent pas

    A l'époque, le déficit budgétaire avait dérapé et la charge de compensation pesait lourd. La suppression des subventions aux produits pétroliers a réduit la sensibilité du budget aux fluctuations des cours. En revanche, une explosion de la facture énergétique pourrait avoir des conséquences lourdes sur les réserves de changes, surtout si les autres sources de rentrées de devises (recettes de voyages, transferts MRE, investissements directs étrangers)n'assurent pas.

    En outre, un pétrole plus cher va renchérir les coûts de production des entreprises utilisant l'or noir et ses dérivés comme intrant. Ce ne sera pas neutre pour l'économie, même si les entreprises ont la possibilité d'atténuer les effets de la hausse des cours grâce aux opérations de couvertures.

    Pour l'instant, la facture énergétique est maîtrisée. Elle est restée stable à 18 milliards de DH au premier trimestre. Son évolution sur les prochains mois et le comportement des réserves de changes pourraient favoriser les arbitrages en faveur d'une sortie du Trésor sur le marché international. Initialement, une levée de fonds était prévue en début d'année.

    Mais, le comportement des finances publiques et les conditions d'emprunt sur le marché domestique ne justifiaient pas une telle opération. Le déficit budgétaire s'est établi à 3,8 milliards de DH au premier trimestre contre 9,8 milliards de DH à la même période l'année dernière.

    F.Fa

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc