×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Startups: La recette de la CDG

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5494 Le 12/04/2019 | Partager
    Une offre de financement au stade de l’amorçage
    Elle varie entre 500.000 et 3 millions de DH
    20 projets sélectionnés pour un accompagnement dès septembre prochain

    Dans son plan stratégique, la CDG a érigé l’écosystème startups  en un nouvel axe d’intervention. C’est ainsi qu’elle a lancé le programme CDG Startups, dont l’objectif est d’attirer les talents marocains à haut potentiel vers l’entrepreneuriat afin de favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs.

    Pour ses promoteurs, ce programme s’inscrit en complémentarité avec les initiatives publiques, notamment «Innov Invest», dans la mesure où il permettra de traiter le problème de «dealflow» à la racine, en alimentant les fonds d’investissement marocains en projets de qualité.

    Il s’agit d’un programme d’accompagnement et de financement qui apporte trois prestations clés aux porteurs de projets. D’abord, une offre de financement au stade de l’amorçage qui comble une lacune dans l’écosystème startups au Maroc. Le montant varie entre 500.000 et 3 millions de DH. Ensuite, ce plan met à leur disposition un réseau d’entrepreneurs, d’investisseurs et de décideurs capables d’aider les entreprises dans leur développement.

    Enfin, le programme prévoit «un accompagnement de haute qualité réalisé par des entrepreneurs, des mentors et des experts de niveau mondial», note le patron du groupe CDG. Ce dernier précise que le projet est actuellement dans une phase de cadrage opérationnel qui précède le lancement officiel.

    L’appel à projets sera lancé au cours des semaines à venir. L’objectif est de sélectionner 20 projets dont l’accompagnement commencera dès septembre de cette année. En fait, le projet a démarré effectivement en juin 2018 avec le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt qui a abouti à la sélection en janvier dernier d’une structure d’accompagnement qui sera chargée de mettre en œuvre le programme.

    Bien qu’ils disposent des ressources nécessaires pour financer les startups marocaines, les fonds d’investissement chargés de mettre en œuvre le programme «Innov Invest» se heurtent à un problème de «dealflow» qui se traduit par une rareté des projets de qualité.

    Pour la CDG, l’origine de ce problème réside dans le fait que l’entrepreneuriat au Maroc n’attire pas suffisamment les talents à haut potentiel. Or, l’expérience internationale montre que les startups les plus ambitieuses sont créées par des personnes issues de parcours d’excellence.  A l’échelle internationale, 10% des diplômés des universités les plus prestigieuses s’orientent vers l’entrepreneuriat, contre à peine 1% pour ce qui est du Maroc.

    Ce phénomène s’explique par le fait que les jeunes sont plus attirés par le statut de salarié qu’entrepreneur. Pourtant, ils sont en mesure d’initier des startups qui peuvent connaître un développement à l’international. Le déficit en matière d’orientation et d’accompagnement est visé.

    D’autant qu’un flou sur le statut juridique de ces entités pèse sur leur devenir. De même que les spécialistes pointent l’inadaptation du système fiscal appliqué aux startups et le manque d’incitations aux investissements en recherche et développement.

    Montée en gamme

    Pour la CDG, le développement de l’écosystème des startups représente un enjeu majeur pour accélérer la montée en gamme de l’économie marocaine et saisir les opportunités offertes par la révolution numérique.  Le Maroc accuse néanmoins un retard par rapport aux autres pays émergents en termes de nombre d’entreprises innovantes, de financements levés et de «success storie», note Abdellatif Zaghnoun.
    Afin de combler ce retard et impulser une nouvelle dynamique au secteur, les autorités marocaines ont lancé un programme ambitieux d’accompagnement et de financement des startups, intitulé «Innov Invest», doté de 500 millions de DH et géré par la Caisse centrale de garantie.

    M.C.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc