×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Logistique: Carton plein pour TangerMed

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5493 Le 11/04/2019 | Partager
    Le port revendique plus de 50% de l'import/export du Maroc
    Pratiquement 100% de remplissage pour les entrepôts
    Les 3e et 4e tranches pour bientôt
    rachid_houari_093.jpg

    Rachid Houari, directeur central du Port TangerMed 1 et 2: «Nous travaillons sur l’écoute des clients, qui se doit d’être continue, et le maintien de la satisfaction» (Ph.R.H.)

    TangerMed continue de performer et depuis le lancement de sa 2e tranche, la plateforme attire de plus en plus de professionnels de la logistique. Avec l’ouverture de TangerMed 2, qui s’effectue progressivement, les investissements se poursuivent, notamment sur la zone franche logistique, son principal vivier de développement géré par Med Hub.

    «Nous sommes déjà, aujourd’hui à plus de 120.000 m2 couverts d’entrepôts, pour 70 clients. Nos entrepôts logistiques atteignent un taux de remplissage de 100% aujourd’hui. Ce qui est une réussite. Nous sommes en train d’investir sur 300.000 m2 supplémentaires de zone franche logistique», annonce Rachid Houari, directeur central du Port Tanger Med 1 et 2.

    Le port dispose de 1.600 hectares opérationnels, occupés par 900 entreprises, sur un foncier de 5.000 hectares. Un nouveau gisement de croissance pour sa plateforme industrielle. Les 900 opérateurs génèrent plus de 75.000 emplois et réalisent plus de 80 milliards de DH d’export industriel.

    «Les conditions pour attirer de nouveaux clients seront les mêmes que celles de TangerMed 1: signature de concessions avec des opérateurs de renom, rapprochements avec des armateurs propriétaires de navires désirant faire escale au port…», explique Rachid Houari.

    Le terminal à conteneur 4, géré par la société APM, est en phase de test. Son inauguration est pour bientôt, annonce le directeur. Quant au terminal 3, doté d’une capacité de 1,5 million d’EVP, il démarrera dans les 24 prochains mois.

    Le flux mondial de conteneurs augmente chaque année. Ce qui représente des parts de marché supplémentaires pour la plupart des ports. Pour l’heure, ceux de la Méditerranée ont la cote auprès des armateurs. Ce qu’ils doivent à leur positionnement géographique, la sécurité de la zone, de bons indicateurs de productivité avec en moyenne 32 mouvements par heure et par grue, notamment à TangerMed.

    En fonction de leur productivité, certains ports arrivent à rafler des parts importantes, comme cela a été le cas pour Tanger Med, qui en 10 ans est passé de 0 à 3,5 millions de conteneurs en transit sur sa plateforme. Contrairement à son concurrent, le port d’Algésiras, qui,  lui n’a enregistré que 1,5 million de conteneurs sur la même période.

    La productivité de TangerMed a contribué à hisser le Maroc à la 17e place mondiale en termes de connectivité maritime, selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), et la première place africaine. Des performances qui dopent la connectivité du Maroc.

    Connecté chaque semaine à plus de 186 autres dans le monde, dans 77 pays, le hub méditerranéen est la première plateforme marocaine pour les flux d’import et export, avec 317 milliards de marchandises traitées en 2018, dont 139 milliards de DH de produits exportés et 52 millions de tonnes de marchandises traitées. Soit plus de 50% de l’import/export du Royaume.

    Transit time plus court pour les importateurs

    D’année en année, le Port de TangerMed consolide sa place stratégique pour l’économie marocaine. Projet à la fois portuaire et industriel, le hub méditerranéen est devenu incontournable dans la région avec l’accroissement de ses capacités. Pour rappel, TangerMed 1 a connu, en 2018, le transit de près de 3,5 millions de conteneurs d’équivalent vingt pieds (EVP). Avec l’ouverture, en cours, de Tanger Med 2, le port totalisera une capacité de 9 millions d’EVP. Autant de nouveaux gisements de croissance. Cependant, des axes sont à développer, notamment le maintien de la fluidité. Les exportateurs et importateurs veulent gagner du temps et faire en sorte que le passage portuaire soit le plus court possible. Le port a, pour ce faire, investi, il y a moins de deux ans, pour la construction d’une zone d’inspection frontalière (Gate Access à l’export) (Voir L’Economiste n°5452 du 13/02/2019).«L’infrastructure permet à des transitaires ou clients bien organisés et disposant de toute leur documentation de profiter d’un transit time de 2 heures. Nous sommes en train d’investir sur le même modèle pour l’import. Afin que les importateurs puissent bénéficier d’un temps de transit le plus court possible. Les deux infrastructures sont mises à la disposition de tous les opérateurs», annonce le directeur central. Pour rappel, depuis 2007, date de son ouverture, le port Tanger Med a mobilisé un investissement public/privé de 78 milliards de DH.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc