×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Automobile: Le repli des ventes décélère

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5466 Le 05/03/2019 | Partager
    Le marché s’est replié de 6,43% à fin février
    L’euphorie du mois de décembre toujours pas digérée
    Retour à la normale attendu pour ce mois de mars
    ventes_automobiles_066.jpg

    Etant donné que le groupe Renault domine les ventes, la baisse du nombre de voitures que ses deux marques écoulent influe considérablement sur le marché dans sa globalité

    Le marché automobile se remet lentement de l’euphorie du mois de décembre 2018. La gueule de bois se poursuit chez les importateurs distributeurs et ce pour le second mois consécutif. Même si en février les ventes ont légèrement réduit leur baisse, la situation du marché reste négative. Pour preuve, la fréquentation dans les concessions est bien moins importante qu’en fin d’année promotions oblige.

    «Il y a effectivement un attentisme qui se matérialise par une baisse du nombre de visites dans les showrooms», confie à L’Economiste Abdelouahab Naciri, vice-président de l’Association des importateurs de véhicules (Aivam) et DG de Sacam, l’importateur-distributeur de Ford au Maroc. Il estime que le marché devrait retrouver des couleurs dès ce mois de mars.

    En attendant, les ventes à fin février toutes marques confondues régressent de 6,43% toutes catégories confondues à 24.198 unités. Cette baisse incombe également de manière mécanique à la diminution des immatriculations du leader du marché qui n’est autre que le groupe Renault.

    Justement au niveau du palmarès, Renault Commerce Maroc conserve tout de même une longueur d’avance sur la concurrence. Ses marques Dacia et Renault sont respectivement première et seconde. Sur le véhicule particulier, Dacia voit ses ventes se réduire de 14,22% à 6.836 unités pour une part de marché de 28,25%.

    La baisse est bien plus accentuée pour la marque au losange dont les ventes chutent de 29,13% pour une part de marché de 10,49%. De ce fait, les marques du groupe Renault ont réduit leur poids sur le marché à moins de 39%. Sur le VUL (fabrication locale), seule Dacia parvient à écouler ses stocks. Ceci dit, elle n’a réussi à placer plus de 3.442 unités à fin février.

    bmw_066.jpg

    Chez BMW Maroc, on a de quoi se réjouir. La marque aux hélices parvient pour le second mois consécutif à chiper à Mercedes la première place du classement des marques premium à deux unités près. A noter, l’entrée remarquée de DS automobiles dans ce classement

    Les marques du groupe Renault sont suivies par Hyundai qui s’est réinstallé en troisième position du classement. La marque sud-coréenne maintient son positionnement grâce à une progression (une des rares réalisées en février) de 10,3% de ses ventes à 2.065 voitures améliorant sa part de marché à 6,65% dans le VP.

    Même constat pour Peugeot qui se maintient à la 4e position avec une progression de près de 14%. La marque au lion affiche une part de marché de 8,45% avec 2.045 VP vendus. Si Peugeot se porte bien, Citroën se porte encore mieux avec une progression de 41,45% à 1.292 unités et 5,34% de part de marché.

    Ces résultats confirment une fois de plus la montée en puissance de Sopriam qui s’est maintenu pour le second mois consécutif à la 2e place des  importateurs distributeurs généralistes dans le VP importé monté après Renault. A deux mois  de démarrage officiel de la production de l’usine PSA au Maroc, Sopriam met les bouchées doubles pour stopper l’omniprésence de Renault sur le marché marocain avec comme objectif d’atteindre les 18% de part de marché d’ici 2020. 

    Fiat n’est pas en reste. La marque italienne retrouve le top 5 stabilisant ses ventes à 1.350 unités (-0,95%) pour une part de marché de 5,52%. Elle est talonnée par Volkswagen qui après une année de performance voit ses ventes se replier de 25,63% à 1.335 unités pour 6,43% de part de marché.  

    Du côté du premium, la baisse est moins soutenue. Même si les effets de la vague des contrôles fiscaux sont toujours présents, les concessions des marques haut de gamme parviennent à réduire la baisse.

    Moulay Ahmed BELGHITI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc