×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Réaction - Cellules souches: Un marché qui fait des vagues

    Par L'Economiste | Edition N°:5463 Le 28/02/2019 | Partager

    Le Docteur Mustapha Souieh, chirurgien-oncologue, responsable de MRC, Global Stem Cells Group Morocco, réagit à notre article paru dans notre édition du 26 février 2019 et intitulé «Cellules souches: le traitement disponible ». Il revendique notamment la primeur pour l’utilisation de cette technologie au Maroc et dénonce un certain nombre de « contre-vérités».

    Il y a lieu de dénoncer cette mascarade, de tirer au clair cette question des cellules souches et d’informer l’opinion publique et la communauté des médecins et encore plus les responsables de l’Ordre national des médecins. Primo, la personne interviewée dans cet article appartient à un domaine qui ne lui confère nullement le droit de s’immiscer dans un champ qui relève avant tout des médecins, pharmaciens et docteurs-biologistes.

    Secundo, l’article prétend que la technologie des cellules souches a démarré au Maroc en mars 2018 alors que dans la réalité cette thérapie a vu le jour en juillet 2017 à Rabat par des médecins marocains accompagnés de « vrais experts » américains, japonais, allemands, espagnols et autres docteurs européens. Et depuis, cette thérapie a pris de l’ampleur et fait parler d’elle. Nous sommes le précurseur de cette thérapie et comptons une longue expérience et de nombreux postes de responsabilités: premier chef de service de chirurgie oncologique et reconstructrice au sein du premier Centre régional d’oncologie au Maroc, celui de Hassan II à Oujda, inauguré en 2006 par SM le Roi Mohammed VI, premier chef de pôle de chirurgie à l’hôpital International Cheikh Khalifa de Casablanca depuis son démarrage. Nous avons également poursuivi des formations de plusieurs mois dans le domaine des cellules souches aux Etats-Unis, en Allemagne, en Espagne ou encore en Turquie, assorties d’un certificat daté de juin 2017 (dont L'Economiste détient copie). Nous avons également représenté le Maroc dans nombre de conférences internationales sur la technique des cellules souches en compagnie de Dr. Hassan Bennani, chercheur américain d’origine marocaine et membre de notre corpus médical, celui de la section Medical Regenerative Center (MRC) à Rabat. En réactions aux propos inadmissibles et entachés d’imprécisions venant d’un non docteur, tant en médecine qu'en biologie, selon lesquels «la pratique de cette technique ne se fait qu’au niveau de 4 endroits», il est à souligner que notre Centre basé à Rabat utilise cette thérapie depuis juillet 2017!

    S'agissant du coût de cette technique estimée dans l’article précité à 30.000 DH par l’interviewé, l’on est en droit de s’interroger sur les critères de cette évaluation qui dénote comme pour le reste l'ignorance et les amalgames. Ce qui est grave pour l'avenir d'une technique dont nous souhaitons une évolution dans les règles de l’art et nullement de façon anarchique et loin de son caractère scientifique et médical.

    Notre souhait est de déployer cette technique sur des bases solides, saines et avec des critères scientifiques approuvés par les organismes nationaux et internationaux pour faire de notre pays une plateforme pionnière dans ce domaine en Afrique voire même dans la région arabe, ce qui est le cas.

    140 patients déjà traités

    Au registre purement médico-chirurgical justement, l’interviewé avance que les cellules souches ne seraient extraites que de la graisse et qu’on utilise le même protocole pour toutes les pathologies ! Là aussi une contre-vérité. En réalité, l’extraction des cellules souches est faite soit à partir de la graisse, de la moelle osseuse ou d’autres sites selon le patient ou la patiente et en fonction de la maladie à traiter. Enfin, il est à préciser que le nombre de cas actuellement traités par les cellules souches à Rabat est de plus de 140 patients. Les résultats de leurs traitements sont hautement satisfaisants et confirmés par les patients, leurs familles et leurs médecins correspondants.

    Docteur Mustapha Souieh

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc