×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Fuite des cerveaux: Le Maroc veut les rapatrier

    Par L'Economiste | Edition N°:5453 Le 14/02/2019 | Partager
    cari_cl_053.jpg

    ■ Valoriser nos talents avant tout!
    Avant d’essayer de «rapatrier» les cerveaux, il faut commencer par valoriser nos talents et mettre en place des directions du capital humain capables de les attirer, de leur construire un parcours digne de ce nom et de les rémunérer en fonction de leur valeur ajoutée. Malheureusement, les grands groupes marocains ne disposent que de directions du personnel, incapables de gérer de tels enjeux.
    Quant aux multinationales, elles sont légèrement mieux logées à ce niveau. Néanmoins, leurs centres de décision étant le plus souvent localisés à l’étranger, un plafond de verre fait barrage!

    Mehdi

    ■ Mettre en place une stratégie dédiée
    Nul ne peut nier que les cerveaux marocains fuient leur pays pour prétendre à une meilleure carrière sous d’autres cieux.  Avant de convaincre les compétences marocaines de rentrer, il est nécessaire de répondre à une question majeure: «A-t-on une stratégie dédiée?». Il faut fournir les efforts nécessaires pour les retenir et les fidéliser. S’intéresser davantage à l’évolution des carrières, la qualité de vie, l’environnement de travail ainsi que le management des entreprises… C’est avec cela qu’il faudrait commencer.
    M.Ka

    ■ Respectons d’abord les droits!
    Ce n’est pas seulement le recrutement qui pose problème au Maroc mais également la manière de vivre dans les entreprises! Bon nombre de droits ne sont en effet pas respectés sous nos latitudes, parmi lesquels les heures supplémentaires non rémunérées, les horaires de travail ou encore les déclarations des employés.
    Bon nombre de patrons marocains ne laissent même pas leurs employés prendre leur pause déjeuner. Pourquoi travailler dans le bled alors qu’on est autrement mieux considéré à l’étranger? Il faut revoir cette situation désastreuse, conséquence de longues années de négligence!
    Youss

                                                                                           

    Des bus flambant neufs à Rabat

    ■ Il était temps
    Je valorise vivement cette initiative et je suis très optimiste quant à l’avenir du transport urbain à Rabat. Ces nouveaux délégataires ont en effet accumulé beaucoup d’expérience dans ce domaine et ont largement les moyens de changer la donne!
    Mohamed

    ■ Un coup d’épée dans l’eau
    Cela ne sert strictement à rien de se procurer de nouveaux bus et de se doter d’un équipement matériel «dernier cri». Ce n’est pas le produit qu’il faut changer, mais plutôt les utilisateurs. Sensibilisons les Marocains au respect de leurs moyens de transport en commun, à devenir plus civils et plus propres. L’éducation est la clé!
    K.A.

    Félicitations

    Je félicite docteur Mohamed Benabid d’avoir été choisi parmi les auteurs de la prestigieuse revue académique «Question(s) de Management». En tant que patriote, je ne peux qu’exprimer ma fierté quand des compétences marocaines comme vous honorent notre pays par des recherches de grande qualité dans le domaine scientifique.
    Je vous souhaite davantage de réussite dans vos recherches et votre noble métier de journaliste.

    Lamia TAZI, General Manager des laboratoires SOTHEMA

     

     

                                                                                           

    Et d’autres réactions

    ■ Démolition de complexe touristique à Fès: Gare aux abus de pouvoir
    C’est vraiment bien dommage. Que dit la loi à ce sujet? L’autorité qui a ordonné ces démolitions avait-elle le droit de le faire? Ce type de décisions entre-t-il dans ses attributions? Si oui, à travers quels textes de loi? Si la réponse est négative, la personne en question devrait être destituée de sa fonction et jugée devant les tribunaux marocains pour son acte.
    Quant aux dégâts subis par le propriétaire, c’est au patron de les régler! Ce dernier devra aussi assurer le remboursement des dommages pour arrêt d’exploitation du site. Nous ne sommes pas dans une république bananière pour que de tels agissements soient tolérés…Le gouvernement doit absolument mettre fin aux abus de pouvoirs!
    B.S.

    ■ Déclaration du patrimoine: Les élus épinglés doivent tout restituer
    Les élus doivent absolument présenter leurs déclarations de patrimoine ou être révoqués par le chef du gouvernement avec pour obligation de restituer toutes les sommes et avantages perçus et ce jusqu’au dernier centime!
    Alaoui

    tram-rabat-053.jpg

    ■ Casablanca se reconstruit: Quid de Rabat?
    Bravo pour votre cahier consacré à Casablanca et intitulé à juste titre «Comment Casablanca se reconstruit»! Un document réalisé avec une grande maîtrise et un professionnalisme indiscutable qui prouve que notre pays avance progressivement en dépit des insuffisances relevées. Pour aller plus loin, pourrait-on espérer avoir un cahier similaire consacré à Rabat? Une ville en plein chantier actuellement et dont les transformations colossales ne sont pas suffisamment médiatisées à mon goût!
    M.T.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc