Economie

Maroc-Espagne: Une visite pour doper les échanges

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5452 Le 13/02/2019 | Partager
Nouveau format pour le Conseil économique des deux pays
Objectif: s’ouvrir vers de nouvelles opportunités d’affaires, en impliquant les régions
Coopération exemplaire en matière sécuritaire

Le couple Maroc-Espagne ne s’est jamais mieux porté qu’aujourd’hui. La visite d’Etat que le Roi Félipe VI et son épouse la Reine Dona Letizia entament, aujourd’hui et demain à Rabat, sera très suivie par les deux opinions publiques. Elle intervient dans un contexte marqué par l’excellence des relations bilatérales dans plusieurs domaines.

Une forte délégation de ministres et d’hommes d’affaires les accompagne. Le programme de la visite comprend des audiences avec notamment le chef du gouvernement et les présidents des deux Chambres du Parlement. De son côté, la Reine devra visiter une école de la deuxième chance à Salé.

Lors de cette visite d’Etat, les yeux seront rivés sur la première réunion constitutive du Conseil économique Maroc-Espagne (CEMAES) dans son nouveau format inédit jeudi matin.

Il s’agit de mettre en place «une structure beaucoup plus puissante pour répondre à la volonté de développer davantage les échanges. Un conseil qui travaille en permanence pour plus d’efficacité, avec une direction générale et des cadres respectivement à Madrid et à Casablanca. Car l’objectif n’est pas de se limiter aux échanges commerciaux», souligne Salaheddine Kadmiri, coprésident du CEMAES.

L’après-midi, le Conseil organise un forum économique élargi à d’autres opérateurs et d’autres institutionnels que ses membres. Des thématiques pointues seront abordées. L’idée des initiateurs de cette opération est d’aller vers de nouvelles opportunités, sur des métiers innovants et des institutions comme les régions en Espagne et au Maroc. En principe, cette rencontre sera clôturée en présence du Roi d’Espagne.

Cette visite est importante surtout qu’au niveau économique, l’Espagne a détrôné la France. En effet, elle est devenue le premier client et le premier fournisseur du Maroc. Sur les exportations marocaines vers l’Europe, 40% sont dirigées vers l’Espagne. Pour Salaheddine Kadmiri, «nous devons nous ouvrir davantage pour aller investir en Espagne. Plus de 150.000 sociétés espagnoles commercent avec le Maroc. Il y a donc matière à développer nos échanges».

Politiquement, Madrid a mené dernièrement un plaidoyer en faveur du Maroc pour obtenir des financements européens afin de lutter davantage contre l’émigration clandestine. Nos voisins ont mené un lobbying  pour faire adopter l’accord de pêche. Des actions similaires ont été conduites pour faire aboutir cet accord.

D’ailleurs, le Parlement européen l’a approuvé hier à une écrasante majorité. La coopération dans le domaine de la sécurité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme est donnée en exemple. Sur ces créneaux, les équipes des deux pays travaillent en symbiose.

Ce rapprochement est allé si loin que l’idée d’organiser un mondial commun aux trois pays que sont le Maroc, l’Espagne et le Portugal fait son chemin. Il n’est pas exclu que les deux chefs d’Etat abordent cette question lors des entretiens en tête à tête.

A côté du volet économique, cette visite consacre le grand retour au Maroc de l’Espagne sur les plans culturel et linguistique. Un accord sera signé dans ce sens. Maintenant que la crise économique est dépassée, Madrid a décidé de s’ouvrir de nouveau sur le monde à travers les centres culturels et la promotion de l’enseignement de sa langue.

Si l’Espagne a retenu les Etats-Unis d’Amérique comme une priorité pour élargir le rayonnement de sa langue et sa culture, elle a aussi choisi le Maroc comme tête de pont en Afrique du Nord. En effet, il y a quelque temps, plusieurs universités espagnoles ont effectué le déplacement pour convaincre les étudiants marocains de l’opportunité d’aller poursuivre leurs études en Espagne.

Idem pour les centres culturels Cervantès dont le DG est venu au Maroc pour établir le diagnostic de la situation de la langue et de la culture de son pays au Maroc. La décision a été alors prise pour élargir le pouvoir linguistique comme un outil d’appoint à la diplomatie.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’à la veille de la visite royale au Maroc, le Conseil de gouvernement espagnol a donné son accord pour transférer le Théâtre de Cervantès de Tanger au Maroc. Un geste symbolique qui en dit long sur le futur du partenariat entre les deux pays. L’étape suivante sera la signature d’un mémorandum d’entente avec le ministère marocain des Affaires étrangères pour transférer ce patrimoine espagnol au département de la Culture.

Premier client

Les Espagnols sont fiers de rappeler que leur pays est devenu le premier client du Maroc. Les échanges commerciaux dépassent 15 milliards d’euros, avec une croissance annuelle moyenne de 10%, des chiffres spectaculaires, a affirmé à la MAP le ministre des Affaires étrangères Josef Borrell. Une croissance qui se traduit par l’installation de plus de 800 entreprises espagnoles au Maroc et une augmentation notable des touristes espagnols qui visitent le Maroc dont le nombre s’élève à 2 millions de personnes. Par ailleurs, les importations espagnoles représentent 41,6 % du total des importations communautaires provenant du Royaume, suivie de la France, avec 28,6 %, de l’Italie (6,3 %), du Royaume-Uni (4,8 %) et de l’Allemagne avec 4,4 %. Les principales exportations marocaines vers l’Espagne, pendant la période janvier-octobre 2018, sont les matériaux électriques (28%), les vêtements (22,9%) et les mollusques et crustacés (8,3%). D’autre part, les principaux articles importés de l’Espagne, pour la même période, sont  les combustibles et les lubrifiants (13,8%), les composants d’automobile (13,3%) et tissus d’habillement (10,2%).

M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc