×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca-Settat: Les premiers fruits du Plan agricole

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5440 Le 28/01/2019 | Partager
    Un taux de réalisation de plus de 75% au bout de 10 ans
    Tous les indicateurs économiques en hausse
    Un investissement de près de 18 milliards de DH
    casa_settat_plan_agricole_040.jpg

    Dès le départ, en 2008, il a été ambitieux pour une région considérée comme étant le cœur battant du Maroc. Aujourd’hui, dix ans après, il a été réalisé à plus de 75 %. En effet, un budget prévisionnel de près de 18 milliards de DH a été alloué au Plan agricole régional Casablanca-Settat (PAR).

    Un investissement colossal destiné à la réalisation de 266 projets dans le secteur agricole. Parmi eux, 74 de pilier II du Plan Maroc vert intéressant l’agriculture solidaire, 117 projets pilier I orientés vers une agriculture productive à haute valeur ajoutée et 15 projets et actions transverses. Plus de 359.800 personnes ont bénéficié de ces projets.

    Aujourd’hui, l’heure est au bilan. Globalement, l’on constate que tous les indicateurs économiques des principales filières du secteur agricole ont connu une nette amélioration par  rapport à l’année de référence (2008). Toujours par rapport à cette année, la production moyenne des céréales, entre les années 2009 et 2018,  a doublé, celle de la betterave a augmenté de 26%, le maraîchage de 29%, les légumineuses de 189% et les olives de 140%. Des performances qui ont permis de créer plus de valeur ajoutée et plus d’emplois dans la région.

    De même, 5.055 ha ont été plantés en oliviers (39%), en figuiers (30%), en vignes (14%) et d’autres espèces (17%). Sur ce total, 62% des superficies plantées ont été cédées aux bénéficiaires, soit une superficie de 3.148 ha. Les périmètres cédés sont pris en charge par l’Office national du conseil agricole (ONCA) pour un encadrement de proximité.

    Le taux actuel de réussite des plantations cédées varie de 50% à 100%. Les projets achevés (15) représentent 32% des projets formalisés, alors que le nombre de projets Pilier II formalisés a atteint  58/74, soit 78% de l'objectif. En outre, 43 projets sont en cours de mise en œuvre dans toute la région. 

    L’on constate également, que dans le Pilier 1, le nombre de projets réalisés est de 121, soit 68% du programme prévu. Ces projets ont nécessité un montant d'investissement global de 5,9 milliards de DH (soit 47%). Ils ont bénéficié à 73.736 agrégés.

    Sur les 14 projets d’agrégation, 9 sont mis en conformité et 5 sont en cours avec un investissement total à terme de 4 milliards de DH. Les filières concernées sont le sucre, le lait, la viande rouge, l’aviculture, les oléagineux et la céréaliculture. En outre, la Direction régionale de l’agriculture de Casablanca-Settat (DRA) poursuit la mise en place de nouveaux projets d’agrégation avec les 9 agrégateurs potentiels identifiés au niveau de la région.

    Au chapitre de la valorisation, 23 unités ont été budgétisées à fin 2018 dont 19 ont déjà été réalisées, soit 83% du programme budgétisé et 56% du programme contractuel alors que 4 unités sont en cours de réalisation. Il s’agit d’unités pour le vignoble, la menthe et le fromage.

    Au niveau du programme transverse du Plan agricole régional (PAR) portant sur 75.380 ha à terme, (34.180 ha prévus en collectif et 41.200 ha en individuel), 20.488 ha ont été réalisés, soit 27%. Pour le reste du programme relatif à la reconversion collective, l’échéancier de réalisation de 13.500 ha prévoit 4.800 ha à fin 2019 et 8.700 ha à fin 2020, soit 94% du programme à l’horizon 2020.

    Le bilan des dix premières années du PAR fait également état d’une amélioration des taux d’utilisation des semences sélectionnées, en passant de 25% en 2008 à 34% en 2017. Et aussi d’une augmentation quantitative des intrants de 35% entre 2008 et 2018. A noter aussi une importante percée du recours à la mécanisation.

    En effet,  il a été constaté une augmentation du nombre de tracteurs et de semoirs de 40%, à raison de 425 tracteurs par an. Le taux de mécanisation est ainsi passé de 8 tracteurs /1.000 ha en 2008 à 12 tracteurs/1.000 ha en 2018. C’est un effet direct de la subvention accordée par l’Etat pour l’acquisition de matériels et d’engins agricoles (voir encadré).

    Cette amélioration des taux d’utilisation des facteurs de production modernes a eu des impacts positifs sur les indicateurs économiques: le chiffre d’affaires s’est amélioré de 45%,  la valeur ajoutée de 30% et l’emploi de 29%.

    L’on relève également que la reconversion des systèmes d’irrigation a induit une augmentation significative des rendements des principales filières dans les secteurs reconvertis: de 65 à 83 t/ha pour la betterave, de 26 qx à 60 qx/ha pour les céréales et de 56 à 74t/ha pour les fourrages. Par conséquent, la valeur ajoutée des secteurs reconvertis s’est multipliée de 4 à 5 par rapport à l’année de référence (2008).

    Enfin, reste à signaler que tous les projets Pilier II qui sont en cours de réalisation ont fait l’objet de conventions avec les organisations professionnelles porteuses de projets, soit 100% des projets contractualisés (40 conventions).

    En termes de réalisations physiques, par rapport au programme budgétisé, des différentes composantes des projets Piler II, on est à 74% des plantations d’arboriculture fruitière, 66% en matière de construction des unités de valorisations, 61% de leurs équipements, 73% des aménagements pastorales et 100% pour le creusement et l’aménagement des points d’eau pour l’abreuvement du cheptel.

    A noter que les 15 projets Pilier I en cours de réalisation portent sur les principales filières phares au niveau de la région, à savoir la betterave à sucre, les céréales, le maraîchage, le lait et les viandes rouges.

    Des résultats performants après 10 ans

    266 projets
    359.800 bénéficiaires
    18 milliards de DH d'investissement
    Production:
       • doublement pour les céréales
       • +26% pour la betterave
       • +29% pour le maraîchage
       • +189% pour les légumineuses
       • +140% pour les olives
    Valorisation: 23 unités budgétisées à fin 2018 dont
    19 déjà réalisées.
    4 unités en cours de réalisation (vignoble, menthe et fromage).
    Taux d’utilisation des semences sélectionnées: 25% en 2008 à 34% en 2017.
    Intrants: Hausse de 35% en 10 ans.
    Mécanisation: Augmentation du nombre de tracteurs et de semoirs de 40% (425 tracteurs par an). Le taux de mécanisation est ainsi passé de 8 tracteurs/1.000 ha en 2008 à 12 tracteurs/1.000 ha en 2018.

    Subventions

    Le total des subventions accordées par l’Etat au secteur agricole dans la région Casablanca-Settat depuis l’année 2008 à novembre 2018 s'élève à 3,07 milliards de DH, soit 308 millions de DH par an. Le nombre global des bénéficiaires est de 140.182, soit 21.946 par an. Le total des investissements a atteint, pour sa part, 7,68 milliards de DH. Par catégorie, 54% de la subvention sont allés à l’irrigation, 17% à l’élevage et 26% à l’équipement des exploitations. A noter que la part des subventions accordées à la catégorie des exploitations inférieures à 10 ha est passée de 38% en 2012 à 67% en 2017.

    60 projets, 7,4 milliards de DH, 107.745 bénéficiaires

    Un plan d’investissement en matière de projets agricoles dans la Région Casablanca-Settat avait été établi pour la période 2017-2020. Il porte sur 60 projets Pilier I pour un investissement à terme de 7,4 milliards de DH au profit de 107.745 agriculteurs et une superficie de 207.700 hectares. Ces projets concernent essentiellement l’agrégation et l’intensification de la production dans les filières de la céréaliculture, du maraîchage, des viandes rouges, du lait et des  viandes de volailles. Et aussi 34 projets Pilier II (agriculture solidaire) pour un investissement prévisionnel de 253 millions de DH dont bénéficieront 20.365 agriculteurs et une superficie de 30.420 hectares. Ces projets portent sur la reconversion des céréales en zones marginales en arboriculture fruitière et l’intensification de la production des produits du terroir.
    En parallèle à la mise en œuvre des projets Pilier I et Pilier II, 15 autres  projets transverses  sont en cours d’exécution. Ils portent, essentiellement, sur de grands programmes structurants, tels que la reconversion des systèmes d’irrigation sur 32.900 ha et l’extension de la superficie irriguée sur 5.600 ha. Les investissements prévisionnels pour la concrétisation de ces projets s’élèvent à plus de 4,4 milliards de DH.

    Jamal Eddine HERRADI

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc