Entreprises

La Bourse aborde une année charnière

Par Franck FAGNON | Edition N°:5425 Le 04/01/2019 | Partager
Le marché attend la mise en œuvre de la feuille de route
Publication trimestrielle, carte professionnelle... parmi les nouveautés en 2019
Le Masi a cédé 8,27% en 2018 mais affiche un gain de 25% sur cinq ans
bourse-025.jpg

La démutualisation du capital de la Bourse en 2015 n’a pas pour l’instant permis d’insuffler une nouvelle dynamique sur la Place. Les professionnels attendent des avancées sur plusieurs chantiers dont la mise en place du  marché des PME et plus globalement sur l’amélioration de l’offre (Ph. Jarfi)

La Bourse a limité ses pertes à 8,27% en 2018 après avoir enregistré jusqu’à -12%. La performance des valeurs marocaines est la moins mauvaise sur le continent. Les indices vedettes en Afrique du Sud et en Egypte ont cédé respectivement 12% et 13% en devise locale.

En dollar, le Masi se comporte également mieux que ses comparatifs. Malgré le recul du marché en 2018, le bilan sur les cinq dernières années reste positif. L’indice phare du marché casablancais affiche une hausse de 25% contre une perte de 17% la période précédente.

La contrariété vient du niveau des transactions et du manque d’opportunités pour les investisseurs. Les échanges sur le marché central se sont élevés à 37 milliards de DH soit une moyenne quotidienne de 150 millions de DH. Le montant moyen échangé par jour est en baisse de 6% par rapport à 2017. Cinq valeurs (Attijariwafa bank, Maroc Telecom, BMCE Bank, BCP et Addoha) sur un total de 76 ont concentré 56% des volumes sur le marché central en 2018.

Accréditation des professionnels de marché

L’accélération de la réforme de la Bourse et le redressement de l’activité économique pourraient susciter de l’intérêt pour les autres valeurs et dynamiser la Place. Au-delà de l’offre, des changements sont attendus entre autres sur la communication financière des émetteurs. La publication des indicateurs financiers sur une fréquence trimestrielle sera élargie à l’ensemble de la cote.

C’est l’une des nombreuses requêtes des investisseurs. Cette obligation permettrait de réduire l’asymétrie d’information. Les banques et les opérateurs télécoms se plient déjà à cet exercice. Toutefois, des règles de communication financière allégées sont prévues pour les PME. Par ailleurs, l’autorité de marché va délivrer les premières cartes professionnelles dès cette année.

L’accréditation des professionnels de marché (contrôleurs internes, gestionnaire de portefeuille, analyste, négociateur/trader, responsable back-office, démarcheur, compensateur) vise notamment à relever le niveau des compétences sur le marché.

F. Fa

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc