×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Souss Massa: De nouvelles niches pour booster le tourisme

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5330 Le 07/08/2018 | Partager
    Plongée, activités subaquatiques, des filières prometteuses pour diversifier l’offre
    180 km de littoral et de sites à découvrir dans la région
    Un véritable business à mettre en place

    Plongée sous-marine. C’est la nouvelle niche à développer dans la région du Souss. «Cette activité divertissante va enrichir l’offre de la destination Agadir, attirer une nouvelle catégorie de touristes curieux de découvertes marines et générer des emplois», explique Abdelaziz Fetouak, délégué régional du tourisme.

    Afin de présenter les réalités et perspectives que peut offrir cette niche prometteuse, un séminaire a été organisé récemment à Agadir par la délégation régionale de tourisme (DRT) et la Fédération royale marocaine de plongée et activités subaquatiques (FRMPAS), affiliée au ministère de la Jeunesse et du Sport. Les chiffres liés à cette activité sont impressionnants. Il y a 20 millions de nageurs avec palmes dans le monde dont 11 millions aux USA.

    L’Allemagne, la France et l’Angleterre représentent le plus gros marché européen de la plongée. Un plongeur français dépense en moyenne 2.500 euros par an, voyage compris, pour ce sport, est-il indiqué. A elle seule, la randonnée palmée rapporte en Australie entre 670 et 1.090 millions de dollars annuellement.

    C’est dire l’intérêt économique que peut offrir le tourisme de plongée qui reste toutefois assez méconnu dans la région qui est pourtant le second pôle touristique du pays. Et qui bénéficie d’un littoral s’étendant sur 180 km. «Ici comme partout au Maroc, des milliers de plongeurs nous sollicitent, malheureusement, il n’y a pas assez d’infrastructures pour cela», souligne Abdelaziz Lazrak, président de la FRMPAS.

    «L’objectif aujourd’hui est d’initier un partenariat avec les autorités locales d’Agadir pour la promotion de la plongée sous-marine afin d’encourager les touristes à venir pratiquer leur passion sur nos côtes», a-t-il ajouté. En premier lieu, il s’agira d’initier la plongée sous marine dans les hôtels. Les touristes chercheront par la suite à pratiquer ce sport dans un milieu naturel.

    De quoi développer une grande chaîne où seront sollicités les clubs et leurs moniteurs, les bateaux à louer, les restaurants, le transport… L’industrie du matériel de plongée va de même se greffer sur cette activité. Un vrai business va ainsi se développer. La FRMPAS, dans le cadre du partenariat avec la région, va se charger de former les éco-guides marins via ses clubs d’Agadir pour qu’ils puissent répondre aux besoins de l’activité.

    La fédération aura aussi en charge d’apporter son expertise dans le domaine de la plongée et d’organiser différents événements internationaux de compétition à Agadir. Et ce, en plus de la contribution à la mise en place et au développement des sentiers marins dans la région.

    Sentiers marins

    plonger_sous_marine_030.jpg

     

    Un sentier marin permet de faire découvrir en toute sécurité la diversité des paysages marins et de mettre l’accent sur la fragilité des écosystèmes. Sur la plage d’Agadir, les roches en face des hôtels en front de mer se présentent comme un sentier marin prêt à l’emploi sur le court terme. Anchor point (Madrague Taghazout) est un autre sentier marin à développer à moyen terme. Il est question d’impliquer les différentes parties prenantes dans la détermination et la validation des principales zones à conserver et à utiliser en tant que tel.

                                                                                  

    Où pratiquer?

    souss_massa_tourisme_030.jpg

    Tiguert, Tifnit, Anza, Imesouane, Sidi Toual, Madrague, Imi-Ouaddar… ou encore Imourane sont des sites où des activités subaquatiques comme la plongée sous-marine et la randonnée palmée peuvent être développées. Que pourrait-on y voir?

    Pour exemple, à Sidi Toual, à 15 km d’Agadir: une pépite. En l’occurrence «Baynyassa SS», un bateau à vapeur anglais dont l’épave est immergée dans une profondeur entre 6 à 10 mètres. Et qui a été découverte par une équipe de plongeurs sous la direction d’Azeddine Karra, un spécialiste en archéologie, relevant du ministère de la Culture.

    Les sites de la région se prêtent aussi à la randonnée palmée, dite également randonnée subaquatique, exploration à la palme ou «snokerling» et qui séduit de plus en plus de personnes dans le monde, adultes et enfants compris.

    «Cette discipline est idéale pour découvrir la faune et la flore marines lors de balades sur des sentiers accessibles à un large public», précise Mohamed Taha, président du comité technique national de la FRMPAS et de l’association Agdal Agadir.

    En France, la randonnée palmée est facturée entre 30 et 40 euros.

    De notre correspondante permanente, Fatiha NAKHLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc