Régions

Casa-Patrimoine dans le collimateur?

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5313 Le 12/07/2018 | Partager
Ses projets de restauration confiés à Casa-Aménagement
Elle se recentre sur les études sur le patrimoine et les biens communaux
Appel d’offres pour relancer le vélodrome en septembre
coupole_zevaco.jpg
Le vélodrome et la coupole Zevaco font partie des projets de réhabilitation entamés par Casa-Patrimoine et qui sont repris par CasaAménagement (Ph. L’Economiste)

Dissolue, pas dissolue? CasaPatrimoine fait l’objet depuis plusieurs semaines de rumeurs selon lesquelles la SDL, lancée en 2014, dans la foulée du plan de développement (en même temps que Casa-Prestation et Casa-Event & Animation) serait en voie de liquidation. Et l’attribution récente de plusieurs projets de restauration de patrimoine à une autre SDL (Casa-Aménagement) n’a fait que conforter cette impression. Celle-ci hérite ainsi de plusieurs chantiers (dont certains en cours de réalisation). Il s’agit du vélodrome, du marché central, la villa Carl Fick et la coupole Zevaco (Kora Ardia), dont la réhabilitation revient à CasaAménagement (qui pilote de grands projets structurants comme le Grand théâtre, le zoo de Aïn Sebaâ …). Aujourd’hui, la ville lui confie l’exécution de ces 4 projets ayant enregistré un retard par rapport au calendrier initial. D’autant plus que plusieurs chantiers arrivent cette année à terme (comme c’est le cas pour le grand théâtre, parc Ligue Arabe, le zoo, la corniche …). «Le volet études et recensement des biens communaux restera du ressort de Casa-Patrimoine, alors que nous réaliserons les travaux à proprement dit», tient à préciser Driss Moulay Rchid, DG de Casa-Aménagements. Pour ce dernier, il n’est pas question de mettre un terme à l’existence de Casa-Patrimoine.

Si le réaménagement du Vélodrome est officiellement attribué à Casa-Aménagement, les 3 autres projets attendront l’aval des élus. La convention devra être soumise au vote lors de la prochaine session du conseil de la ville. En attendant, Casa-Aménagement va lancer en septembre prochain l’appel d’offres relatif à la transformation du Vélodrome en parc urbain. Pour rappel, le coup d’envoi de ce chantier a été donné en mars 2017 (cf. édition du 31 mars 2017). La restauration de ce fleuron architectural des années 20, d’une superficie de plus de 2,1 hectares, prévoit de lui redonner sa vocation de haut lieu de pratiques sportives et de loisirs pour les Casablancais. La rénovation du site, qui devait s’achever dans un délai de 18 mois, nécessitera une enveloppe de 15 millions de DH. Le Vélodrome comptera, outre un parc urbain qui intègre des espaces de sport et de loisirs, un plan d’eau, des circuits pédestres et de jogging, une aire de jeux pour enfants, un skate-park, des espaces verts ainsi que des locaux commerciaux (cafés/restaurants).

velodrome.jpg
 

Casa-Patrimoine devait aussi prendre en charge la réhabilitation des anciens abattoirs, le marché central, le cinéma Mauritania, le marché d’Agadir ou encore la bibliothèque municipale. Sans oublier un recensement des biens communaux et un inventaire global du patrimoine de la capitale économique. Cette étape est un préalable à la récupération de plusieurs sites dont les contrats d’exploitation arrivent à échéance. La ville a déjà récupéré, rappelons-le, le complexe sportif de Zenata, celui de Moulay Rachid et l’ancien marché de gros de fruits et légumes de Belvédère (qui fait toujours l’objet d’un bras de fer entre la ville et le groupe Ynna Holding). Mais la question qui se pose est la suivante: à qui incombe la tâche de préserver le patrimoine Casablancais? A la SDL dédiée, la commune, l’Agence Urbaine…?

Plusieurs intervenants opèrent dans le secteur du patrimoine sans pour autant que les résultats soient au rendezvous. Les élus pour leur part répètent à qui veut bien les entendre que les SDL empiètent sur leur territoire et leur volent leurs prérogatives (notamment pour le suivi des chantiers et de maîtrise d’ouvrage).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc