Entreprises

La CMR prendra plus de risque sur l’immobilier

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5277 Le 22/05/2018 | Partager
Elle est autorisée à placer 5% maximum des ressources dans ce secteur
68,4% des réserves placées en valeurs de l’Etat ou jouissant de sa garantie
cmr_placement_077.jpg

A fin 2016, la valeur comptable des OPCVM dépasse 15,2 milliards de DH. Leur part dans les actifs du régime des pensions civiles est sur un trend haussier depuis  la création des fonds dédiés confiés en gestion à des opérateurs privés

La Caisse marocaine des retraites veut investir dans l’immobilier.  Cette caisse, qui gère la retraite des fonctionnaires et des militaires, explique ce changement de cap par l’étroitesse du marché boursier et le tassement des taux d’intérêt. Ce qui  milite pour une réadaptation de la stratégie d’investissement à travers l’intégration de nouvelles classes d’actifs sources de création de valeur.

La Caisse veut confier cette tâche à un cabinet d’experts dans le domaine de la gestion financière, spécialisés dans la recherche, et l’évaluation des risques et opportunités de placements dans le secteur de l’immobilier. Elle veut être fixée sur les meilleures opportunités de placement dans ce domaine tout en tenant compte des contraintes réglementaires et de gestion opposables à cette classe d’actifs.

Pour cela, elle a lancé un appel d’offres dont l’ouverture des plis était programmée pour vendredi 18 mai. Les réserves placées du régime des pensions civiles ont atteint 85 milliards de DH en 2014 avant de baisser à 82,7 milliards de DH en  2016 et à 80 milliards en 2017. Sauf qu’en valeur de marché, elles se valorisent à 98,1 milliards en 2016, selon la Cour des comptes.

L’essoufflement du rythme de croissance de ces réserves a coïncidé avec la forte augmentation des prestations par rapport aux cotisations.  La baisse enregistrée depuis 2016 devrait se poursuivre durant les prochaines années, leur épuisement est prévu pour 2027. Le rapport de la Cour des comptes relève que la CMR a maintenu ses placements en valeurs de l’Etat au-dessus des limites minimales fixées.

A fin 2016, 68,4% des réserves du régime des pensions civiles étaient placées en valeurs de l’Etat ou jouissant de sa garantie. En incluant les valeurs de l’Etat détenues à travers les OPCVM, cette part dépasserait les 76,2%. La part des actions cotées atteint 9,5% à fin 2016 après avoir constitué jusqu’à 20% en 2007.

Le placement des ressources du régime des pensions civiles obéit à des limites réglementaires: 50% au minimum doivent être placées en valeurs de l’Etat ou jouissant de sa garantie,  15% au maximum dans la dette privée et les OPCVM obligataires, 30% au maximum en actions cotées et en OPCVM actions et diversifiés et 5% au maximum placées dans l’immobilier.

L’investissement dans ce domaine d’activité peut être réalisé à travers une prise de participation dans le capital social d’un fonds d’investissement à vocation immobilière et touristique ou en direct dans un projet immobilier, ou via l’acquisition de biens immeubles. Mais en raison «des spécificités» du domaine de l’immobilier, la CMR s’est jusque-là abstenue de tout engagement, en direct, dans ce dernier secteur.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc