×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5232 Le 19/03/2018 | Partager

■  Elections russes: Seul suspense, le taux de participation 
Vladimir Poutine devrait être reconduit pour les six prochaines années à la tête de la Russie après la présidentielle d’hier dimanche. Une élection au cours de laquelle les observateurs vont plutôt surveiller le taux de participation, seul véritable baromètre de ce scrutin. 
Plus de 107 millions de Russes étaient appelés aux urnes dans un contexte de regain de tensions entre la Russie et les Occidentaux. Mais la crise diplomatique ne devrait pas influencer leur vote. Ce quatrième mandat sera le dernier de Poutine s’il tient sa promesse de ne pas modifier la Constitution. L’homme fort du Kremlin a réussi à faire revenir la Russie sur le devant de la scène internationale. Sur le plan économique, la situation reste en revanche difficile. Après la récession, la Russie a retrouvé le chemin de la croissance en 2017 et devrait croître aux alentours de 2% en 2018 et 2019. Son PIB équivaut à celui de l’Espagne pour une population cinq fois plus importante. 

■  Afrin sous contrôle turc
Les soldats turcs de l’opération «Rameau d’olivier» et leurs alliés syriens ont pris le contrôle de l’enclave kurde d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, dimanche dernier. Lancée depuis le 20 janvier, l’opération Rameau d’olivier vise à établir la sécurité et la stabilité le long des frontières turques et dans la région, justifie l’état-major général turc.
L’offensive visait entre autres les Unités de protection du peuple (YPG). Répertoriée comme groupe «terroriste» par la Turquie, cette fraction est pourtant un allié précieux de Washington dans la lutte contre les jihadistes en Syrie. La situation sur place fait craindre un nouveau drame humanitaire. Plus de 200.000 personnes auraient quitté la ville ces derniers jours. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc