×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Vacances

Par L'Economiste| Edition N°:2853 Le 04/09/2008 | Partager

Cette semaine, les rentrées des écoles commencent. Le gros se fera cependant la semaine prochaine, avec les écoles publiques, qui assurent, en dépit de ce que voulait la Charte, la quasi-totalité de l’enseignement marocain. Les enfants et adolescents ont quitté leur classe début juin, un peu avant quand ces classes devaient servir de salle d’examens… ce qui n’est, parfois, qu’un bon prétexte.Trois mois et demi de vacances d’été, plus les fêtes, les ponts et encore les petites vacances puis les vacances moyennes… sans oublier les gros bobos et vraies maladies des profs et des élèves…Sur l’année, cela ne fait pas beaucoup de semaines pour apprendre. L’enseignement marocain a pris les vices de l’enseignement français. Logique, puisque c’était le modèle de l’organisation (mais pas, malheureusement, la qualité de la formation!).Le Maroc indépendant a repris, il y a cinquante ans et sans se poser de question, le calendrier du colonisateur, alors que le rythme agricole d’il y a cent cinquante ans en France n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui, et ce au Maroc!La tentative, il y a quelques années, de laisser les académies fixer des dates plus appropriées au rythme local, s’est perdue dans les sables. Quelle que soit la puissance des ministres, elle n’est pas suffisante pour désarmer le pouvoir centralisateur du ministère. Tout n’est pas perdu, puisque, on a quand même réussi à stopper la dérive des années 80-90, qui faisait qu’on rentrait fin octobre et qu’on sortait fin avril-début mai… sous prétexte de faire passer les examens.Cependant, en considérant les dramatiques problèmes de niveau, ce ne serait pas du luxe d’accroître la durée de l’année scolaire. Il est malheureux qu’il se trouve encore de ces drôles experts pour affirmer que les longues et fréquentes vacances sont productives. C’est évident: quand les écoles sont fermées, elles ne forment personne!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc