×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Travaux

Par L'Economiste| Edition N°:2421 Le 13/12/2006 | Partager

La Charte des collectivités locales, dans ses différentes moutures, fête ses 30 ans, avec une grande rencontre à Agadir. L’époque était très différente. Sur le pourtour méditerranéen, les régimes militaires étaient encore nombreux et les systèmes de parti unique étaient majoritaires. Le Maroc, qui n’était pas une démocratie, loin s’en faut, s’est alors lancé dans un étrange projet: donner du pouvoir aux élus locaux, qui à l’époque n’étaient pas tellement élus d’ailleurs. Quelle idée de partager les pouvoirs de l’Etat avec des entités encore bien floues et souvent mal représentées?!L’opinion publique connaissait toutes les hypothèques pesant sur le personnel politique local (hypothèques qui, aujourd’hui, ne sont pas toutes levées).Trente ans plus tard, personne ne se souvient précisément comment se passaient les choses en 1976: on a en tête des anecdotes, des scandales plus ou moins étouffés, mais il reste bien peu de mémoire sur les procédures et le partage des pouvoirs que cette charte modifiait. Signe que l’évolution a été digérée.Pendant toute cette période, ce terrain des pouvoirs locaux et du rapport avec l’Etat central était sans cesse en travaux. Quels ont été les ressorts de ces travaux? les impulsions royales, bien sûr, les acceptations de partage de l’Etat central, évidemment, mais aussi, les hommes qui étaient en charge localement. Là où des élus légitimes et de qualité ont rencontré des walis et gouverneurs de qualité, le chantier a bien avancé. Là où un président a été mal élu, alors le mieux qui pouvait arriver, c’est que les travaux se mettent en panne.Aussi, encore plus qu’ailleurs, il est essentiel que le choix des hommes soit légal et légitime. Ce qui ne veut pas dire que ce soit facile…Comme dans un chantier, on abîme ses chaussures, on se couvre de poussière et on risque à tout moment l’entorse, mais cela vaut le coup puisque la maison avance.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc