×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Torture

    Par L'Economiste| Edition N°:927 Le 02/01/2001 | Partager

    Une vraie torture chinoise: chaque moment qui passe rend le problème des retraites plus onéreux.L'Etat et le secteur public ont été calamiteux. Pendant des décennies, alors qu'il y avait peu de retraités pour beaucoup d'actifs, l'Etat et la plupart des entreprises publiques ont prélevé les cotisations mais n'ont rien versé nulle part. C'est ainsi qu'une chance historique a été irrémédiablement gâchée, celle d'avoir un colossal capital de cotisations accumulées. A contraire, l'imprévoyance et silence honteux ont fait que le Maroc a une colossale montagne de problèmes financiers et humains. Les employés arrivent maintenant nombreux à l'âge de la retraite. Certes, depuis quelques années, l'habitude a été prise de verser les cotisations aux caisses de retraite au lieu de les conserver, mais la démographie du secteur public produit déjà ses effets. Le résultat est que la solidarité intergénérations ne joue plus: les entrants ne sont plus assez nombreux pour honorer les promesses faites aux sortants.Plus ardu encore: pendant que la faillite du système public se nouait, la révolution démographique du pays tout entier était en marche. Le Maroc, en imitant le système français de répartition, avait fait des paris qui se sont révélés inexacts. Il avait cru que sa pyramide des âges serait encore longtemps une pyramide, fine au sommet, très large à la base. Ce n'est pas ce qui s'est produit: la pyramide a de plus en plus tendance à ressembler à un tronc. Ce qui veut dire que démographiquement, il n'y aura pas assez de travailleurs pour payer les pensions des retraités. L'agonie programmée des systèmes de répartition où les actifs paient pour les inactifs sera donc plus rapide qu'on ne l'imagine généralement.Et c'est une torture chinoise: moins on ira vite pour résoudre le problème des retraites, plus il fera mal.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc