×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Risques majeurs

Par L'Economiste| Edition N°:1165 Le 14/12/2001 | Partager

L'extrémisme triomphe dans le conflit du Moyen-Orient.Après les évènements du 11 septembre et la guerre d'Afghanistan, on aurait pu penser que la raison pouvait l'emporter et que des analyses plus fines, plus poussées, plus soucieuses des causes profondes et plus visionnaires pour l'humanité entière allaient conduire les Etats-Unis à agir en profondeur. Il n'en est rien. Il semble même que les Etats-Unis en épousent eux aussi un discours extrême. Les va-t-en-guerre ont décidément le vent en poupe. Il est maintenant clair que le différend israélo-palestinien ne pourra pas être réglé par les intéressés eux-mêmes. Leur haine et leurs extrémistes ont définitivement pris le pas sur la raison. Seule une intervention extérieure contraignante pourrait changer les données de manière à leur imposer une démarche différente, à partir de laquelle on pourra reparler de paix.Les Etats-Unis ne peuvent pas jouer ce rôle. Ils sont trop impliqués du côté israélien et l'administration américaine a développé un état d'esprit guerrier qui ne lui permet pas de prendre le recul nécessaire pour jouer le rôle d'arbitre. Seule l'Europe, qui a la profondeur historique avec la vision sur le long terme qui en découle, peut effectivement jouer un rôle positif. Souhaite-t-elle le faire? A priori, elle a tout intérêt à chercher à s'impliquer plus pour mettre un terme à un désordre risquant d'impliquer toute la région. Cependant, l'Europe aujourd'hui est dans une situation très particulière. Les USA sont tétanisés par le 11 septembre. L'Europe a parfaitement conscience de cela. Aussi prend-t-elle bien soin de ne pas contrarier l'administration américaine, dans le but de ne pas la laisser seule, avec ses phobies, sur le terrain. Cette volonté affichée des Européens d'accompagner les Etats-Unis dans un premier stade, pour les raisonner dans un second, peut prendre des années. Mais les événements dramatiques qui se déroulent en donneront-il le temps?Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc