×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Réveil

Par L'Economiste| Edition N°:3442 Le 10/01/2011 | Partager

Entre les inspections de la Cour des comptes, celles de l’IGF, des Impots, la RAM peut regretter d’avoir connu par le passé meilleure fortune. Faut-il donner à ces visites plus de portée qu’elles n’en ont? Celles-ci confirment avant tout que le transporteur national est redevenu un établissement public comme les autres. Soumis à des regles de contrôle comptable, financier, d’audit. Et qu’il n’entretiendra plus de rumeurs quant à d’éventuelles poussières sous le tapis. En matière d’impots par exemple, la compagnie appliquait sa propre doctrine. Du coup celà a donné pendant de nombreuses années un semblant de relative opulence. Le réveil semble aujourd’hui brutal avec un redressement de 1,4 milliard de DH. Mais plus que de s’adapter à ces nouvelles exigences en matière d’othodoxie fiscale, c’est à perenniser ses véritables ressorts de croissance que doit essayer de s’atteler le transporteur.
L’euphorie des belles années n’est pas encore revenue, même si le trafic aérien a donné des signaux de reprise ces derniers mois. Une conjoncture qu’il faut savoir négocier avec le maximum de munitions. Toutes les cartes ne sont bien entendu pas entre ses mains, y compris sur l’environnement juridique qui réserve parfois des surprises: il aura fallu attendre la Cour des comptes pour se rendre compte que les low cost, contrairement à la RAM, bénéficiaient par omission d’un traitement de faveur en matière de taxes aéroportuaires. Au delà de la conjoncture, il faut essayer de soigner les fragilités structurelles, car il y en a.
Bien que convalescente après les grosses turbulences de la crise internationale, la compagnie est loin d’être tirée d’affaire sur le plan financier. De lourds défis attendent en effet le transporteur qui doit assurer ces investissements mais aussi pérenniser son avenir.
 

Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc