×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Ouverture

Par L'Economiste| Edition N°:3930 Le 17/12/2012 | Partager

La cause est entendue: en supprimant le prix minimum dans l’industrie du tabac,  le gouvernement a tenu à adresser un message fort. Au terme d’un suspense haletant, et aussi d’un lobbying en coulisse de certains opérateurs,  la mesure doit permettre de restaurer les conditions d’une vraie concurrence dans cette filière. Ne rien faire dans ce secteur, partiellement privatisé en 2003, aurait sérieusement écorné l’image du pays, voire bloqué pour de bon les réformes engagées. En démonopolisant un peu plus,  il s’agit de mettre Imperial Tobacco au même régime que les autres fournisseurs. On en mesure l’intérêt économique, et bien évidemment beaucoup moins l’intérêt sanitaire: ne l’oublions pas, il s’agit des ventes de cigarettes! Il n’empêche, il faut toujours se féliciter d’un effort supplémentaire d’ouverture, peu importe le secteur concerné. On le sait,  le problème, ce n’est pas que les entreprises marocaines ne sont pas assez protégées sur leur propre marché de la concurrence. La vraie crise, c’est que beaucoup manquent de compétitivité, et notamment à l’export!
S’agissant du tabac, la question du prix minimum est sans doute importante. Du moins pour les groupes qui ont suffisamment de poids ou une vision industrielle. Et à ce titre, l’affaire devrait rapidement se résumer à une bagarre entre les deux plus grands, Imperial Tobacco (ex-Altadis et Régie des tabacs) et British Tobacco. Pour d’autres, il en faudra un peu plus.  C’est pourquoi la question du cahier des charges, toujours à l’avantage de l’opérateur historique, pourrait se poser rapidement. Les jeux ne sont donc pas encore faits.

Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc