×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Non!

Par L'Economiste| Edition N°:3519 Le 29/04/2011 | Partager

C’est la plus réputée des villes touristiques du Royaume. C’est celle qui bénéficiait d’un des plus grands «buzz» mondial, avant même que le mot «buzz» fut inventé.
C’est l’une des places les plus connues au monde, bien que son nom soit difficilement prononçable dans bien des langues. Jamaâ al Fna, un des très rares endroits qui soit inscrit au patrimoine mondial de l’humanité grâce à la créativité, à l’imagination et à la diversité des hommes et des femmes qui la fréquentent depuis des siècles. On ne se souvient pas toujours du nom de ce café-restaurant sur cette place mondialement réputée. Sa silhouette, elle, est reconnaissable entre la petite centaine de cafés qui ont le privilège d’être reproduits à des millions d’exemplaires sur les cartes postales. L’Argana aujourd’hui est éventré.
Volonté de tuer, de tuer avec férocité. La volonté de détruire les êtres, les choses, les symboles et les rêves. Volonté de les réduire en décombres. Volonté de terroriser pour détruire et ruiner encore et encore, bien longtemps après l’explosion.
Eh bien non, ça ne marchera pas!
Ceux qui ont fait ça ont-ils oublié comment, en 2003, le Maroc s’est levé debout, comme un seul homme, pour rejeter le terrorisme? Pour mettre devant leurs responsabilités ceux qui tentaient de justifier l’injustifiable. Pour les obliger à entrer dans le camp du respect du premier des droits de l’Homme, celui du droit des gens à vivre; à vivre en paix et en sécurité.
Le temps de ces valeurs fondamentales est-il à nouveau de mise?
Toujours est-il que les morts et les blessés de l’Argana, les nôtres comme nos hôtes, exigent une rigoureuse vigilance collective. Et à nouveau une immense énergie commune pour tout mener de front: la lutte déterminée contre le terrorisme, la réparation immédiate de la confiance en nous-mêmes et la confiance des autres, la poursuite des réformes que les Marocains s’appliquent à construire ensemble et publiquement.

 

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc