×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Leçons

Par L'Economiste| Edition N°:1828 Le 09/08/2004 | Partager

La reprise de l'ex-Régie de transport de Casablanca par un groupement adossé à une référence internationale -la Régie parisienne- est la bonne nouvelle de cet été pour les Casablancais. Avec l'espoir que cela rendra plus fluides les déplacements de la population et réduira le temps d'attente aux stations. Pour l'économie de la région, c'est également une bonne nouvelle. La compétitivité d'une métropole se mesure aussi à la qualité de son système de transport collectif. Or, Casablanca faisait plutôt pâle figure dans ce domaine par rapport à ses rivales. Il reste à accompagner ce changement par une réorganisation du système des transports. Surtout ne pas noyer le problème dans une commission! Les difficultés de la mobilité à Casablanca ne tenaient pas qu'à la mauvaise gestion de la RATC. C'est l'ensemble du système -gestion et régulation- qui est à revoir. Il faudra sans tarder tirer toutes les conclusions et se demander pourquoi ce qui passe pour un banal service public en Europe et chez nos concurrents ne marche pas dans nos villes. C'est à cette question qu'il va falloir réfléchir et apporter une réponse durable afin d'éviter une nouvelle faillite. L'ouverture au privé dans les années 80 avait fait naître quelques espoirs. Mais très vite, la régulation s'est mise au mode automatique. Résultat, la loi de la jungle et les dérogations ont remplacé les règles du cahier des charges.Côté public, à de rares exceptions près, le transport urbain aura été une catastrophe en matière de gouvernance. A Rabat, Fès, Marrakech, Agadir et Casablanca, les régies ont tour à tour fini dans le mur. La plus importante, celle de Casablanca, du moins ce qu'il en reste, lègue au contribuable une ardoise d'un milliard de dirhams, soit 250 dirhams par habitant de la région. Ce n'est pas cher payé pour ceux qui ont conduit la RATC à la débâcle.Abashi SHAMAMBA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc