×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:158 Le 15/12/1994 | Partager

Le Maroc vit une phase délicate de sa mutation.

Le pays a commencé à passer d'un régime économique fortement administré à un régime favorisant la libre initiative. Cela suppose qu'un système de régulation doive succéder à un autre. L'Etat demeure le producteur des normes et le responsable de leur application. La libre concurrence a besoin que soit strictement défini le cadre dans lequel elle intervient et les règles selon lesquelles elle fonctionne.

Si le système normatif ne s'adapte pas pour suivre de près, accompagner et même, en cas de nécessité, anticiper le mouvement, le danger est grand de voir s'installer le désordre.

Bien des textes destinés à accompagner la libéralisation ne suivent qu'avec une lenteur coupable, lorsqu'ils ne sont pas tout simplement mis en veilleuse. On comprend d'autant moins le retard apporté à l'adoption de textes importants, tels que le code du commerce, la loi sur la concurrence, etc... alors que des ministres siégeant dans l'actuel gouvernement avaient participé, il y a quelques années, à titre d'experts à l'élaboration de ces projets de textes. Il ne faut pas que le Maroc connaisse une évolution semblable à ce qui s'est produit au Brésil ou ce qui se produit actuellement en Russie. Faute d'un système de régulation adéquat, les petits producteurs et les petits commerçants peuvent être écrasés et des actionnaires minoritaires grugés comme au détour d'un sentier au fond des bois.

Certes, le Maroc n'en est pas encore là. La libéralisation a pour but d'assurer un développement harmonieux de l'économie et non de faciliter l'accaparement et le désordre qui aboutissent à un gaspillage d'énergie et de richesses et freinent l'expansion. 

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc