×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

Le projet de budget prend un risque majeur: il veut réduire les dépenses de fonctionnement de l'Administration, et ce pour la partie matériel.

Ceci signifie qu'il sera mis à la disposition des administrations moins d'argent qu'elles n'en avaient cette année.

Il s'agit d'une tentative de renverser la vapeur en matière de dépenses publiques.

Mais rien n'est plus difficile dans les administrations, où il n'y a que peu d'évaluation de l'efficacité d'une dépense. De plus, des motivations très diverses intervient dans la répartition des enveloppes destinées aux fournitures et au matériel: aux côtés des nécessités du travail figurent, par exemple, les signes du pouvoir.

Comme s'y retrouver dans ces masses qui ne font pas loin de 10 milliards de DH. et qui toutes se classent sous l'étiquette "Besoins du service"?

Les hommes et les femmes des administrations vont-ils correctement intégrer le signal qui leur est donné de devoir penser leur besoins autrement? Est-ce que les inévitables mécontentements, justifiés ou non, ne vont pas perturber la marche du travail dont les premières victimes seraient encore une fois les administrés?

Dans les entreprises, le changement de comportement vis-à-vis de la dépense se mange de longue main, avec des techniques de communication sophistiquées. En outre, la motivation de la survie ou de la croissance est suffisamment forte pour venir au secours de l'autodiscipline ou de la discipline tout court.

Dans les administrations, il en va tout autrement. A défaut de préparation, le risque est de rendre misérables les administrations qui déjà ne sont pas bien riches ou de voir se reformer les arriérés de paiements.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc