×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:109 Le 23/12/1993 | Partager

De sérieux doutes existent quant aux possibilités réelles de financement de la Loi de Finances proposée mardi 21 décembre à la Chambre des Représentants.
Certes, il faut raison garder et patienter jusqu'aux explications qui seront données par le
gouvernement en Commission parlementaire.

Pour l'instant, force est de reconnaître que le projet de Loi de Finances s'appuie sur des options gonflées, peut-être irréalistes. Sur le plan du principe, les dépenses comme les recettes du Budget progressent plus vite que l'économie nationale. Or, le simple bon sens commande de se méfier d'une entreprise qui développerait ses services administratifs plus vite que la production dans ses ateliers. Un banquier prudent se poserait pour le moins des questions. Ces dernières seraient particulièrement malvenues pour "I"entreprise Maroc", puisque le recours aux financements par emprunts intérieur et extérieur demeure très fort.

Un deuxième point de principe doit être soulevé concernant l'accroissement des recettes budgétaires prises sur le commerce extérieur. Dans des proportions très amples, l'écran fiscal entre l'économie marocaine et le reste du monde est augmenté. Mais dans le même temps, toujours pour des raisons fiscales, on n'a pas hésité à ruiner une politique industrielle naissante. Que penser de cette manière d'agir quand depuis dix ans tous les efforts ont été tendus vers la réintroduction du Maroc dans son environnement international?

En revanche, pas un mot n'est dit sur l'effort d'assainissement, sur l'efficacité des dépenses, sur la rationalité des choix proposés... Serions-nous revenus quinze ans en arrière dans la gestion des finances publiques?

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc