×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:96 Le 23/09/1993 | Partager

Avec la préparation de la Loi de Finances, avec la prochaine reprise du programme de relance demandé par SM le Roi en juin dernier, et le dernier rapport de la Banque Mondiale sur le développement industriel, les questions de financement des entreprises sont à nouveau à l'ordre du jour.

La mesure de baisse du taux d'intérêt débiteur, décidée par les autorités monétaires, en juin dernier, a eu un impact psychologique, mais, comme nous l'avions redouté dans ces colonnes, l'effet sur la structure de financement des entreprises est un effet pervers, tant du point de vue de la croissance économique que d'un point de vue plus politique, sur l'harmonie sociale.

Un raisonnement simpliste, encore beaucoup trop répandu, se félicite d'un taux d'intérêt plafond et appelle à la baisse comme à l'application uniforme à tous de ce taux. En un mot, la tentation de retourner à l'encadrement demeure particulièrement forte.

C'est une grave erreur.

En effet, l'uniformité du taux d'intérêt a un résultat: concentrer les moyens de financement sur un petit nombre de bénéficiaires, lesquels se surendettent et se fragilisent, tout en renforçant les tendances oligopolistiques existant déjà de notre tissu économique. Le dernier rapport de la Banque Mondiale devrait intéresser au plus haut point les hommes politiques, les anciens comme les nouveaux: il souligne les entraves à la croissance industrielle que comporte le système de concentration.

Une réelle politique libérale développe l'initiative et élargit la chance que chacun doit avoir de réussir ce qu'il entreprend. Entreprendre ne peut évidemment pas se satisfaire d'une option qui renforce les inégalités sous couvert de les réduire.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc