×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:93 Le 02/09/1993 | Partager

La demande a été formulée depuis plusieurs années pour constituer des mécanismes d'épargne destinée spécifiquement au logement. Cette demande a régulièrement été repoussée. Les motifs de report ont été centrés sur le coût foncier, lequel impose des délais d'épargne trop longs pour que le mécanisme soit intéressant.

Aujourd'hui, les données du problème ont évolué.

La première est que l'économie marocaine a besoin d'un coup de pouce de relance, sans que celui-ci ne se traduise par un déficit budgétaire accru. La relance doit être basée sur des répartitions non autoritaires, principe que respecte le système d'épargne en vue d'un investissement comme le logement.

La deuxième évolution du problème est la situation catastrophique dans laquelle se trouve le secteur du bâtiment, grand pourvoyeur d'emplois qualifiés ou non. Il est évident que des mécanismes de soutien, même psychologique, pour la construction donneraient un souffle à ce secteur.

Le troisième élément est la décrue de la spéculation foncière du fait de la baisse de la demande. Cette décrue réveille l'intérêt financier des mécanismes d'épargne.

Enfin, et en parallèle à la décrue foncière, les salaires du secteur moderne ont été considérablement augmentés au cours des cinq dernières années, tandis que l'inflation est restée relativement calme. Même si le phénomène ne concerne pas toutes les catégories de demandes de logement, il peut, s'il est assisté de manière intelligente, contribuer à réduire la masse des ménages insatisfaits. Actuellement donc, les éléments qui freinaient l'introduction d'un dispositif d'épargne pour le logement sont devenus neutres ou bien favorables. Et en matière de relance socio-économique, c'est devenu une urgence.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc