×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:646 Le 25/11/1999 | Partager

    Dans un communiqué diffusé par l'agence de presse MAP, les autorités marocaines ont démenti l'existence des fameuses listes de personnes empêchées de sortir du pays, listes qui ont fait tant de bruit.
    Le Maroc traverse actuellement une phase délicate de modernisation et de reprofilage des pouvoirs. La consolidation de l'Etat de droit, à marche forcée, ne fait pas que des heureux. Des résistances commencent à se manifester çà et là. Elles tentent et tenteront encore de saborder le processus en cours. Leur ressort psychologique est l'exploitation de frustrations ou ressentiments existants pour les détourner à leurs propres fins.

    Nous devons être vigilants et dénoncer tout acte de nature à nous ramener en arrière. Le but recherché par les sources de rumeurs était de créer la confusion. Peu à peu, grâce à la crainte ainsi propagée, ces sources souhaitaient forcer les pouvoirs publics à stopper le train de réformes. Cette méthode de manipulation avait été utilisée lors de l'assainissement de 1996 et elle avait malheureusement réussi.
    Pourtant, un adage marocain donne la recette de cette méthode: «Gonfle l'affaire toi-même si tu veux qu'elle devienne petite». C'est ce processus que la diffusion des fameuses listes a cherché à produire.
    Autre temps autres moeurs, l'opération cette fois-ci n'a pas réussi.
    La presse marocaine, dans sa grande majorité, n'a pas cédé à la manipulation. Il y en aura probablement d'autres, du même type ou différentes. Ce n'est pas pour autant que la modernisation du Maroc doit s'arrêter.

    Abdelmounaïm DILAMI


    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc