×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Injustice

    Par L'Economiste| Edition N°:1106 Le 21/09/2001 | Partager

    Les actes terroristes qui ont visé New York et Washington constituent des actes criminels et odieux. Ils sont la négation de l'humanisme et de la civilisation.Cependant, quel que soit le degré de solidarité que l'on éprouve à l'égard du peuple américain, on ne peut qu'être choqué par certaines dimensions de la réaction qui s'annonce. Une injustice insupportable risque d'être commise. Même si la responsabilité de Ben Laden et des Talibans est prouvée, on ne peut admettre que le peuple afghan paye les frais et se trouve soumis à des représailles. Le peuple afghan n'a pas choisi les Talibans. Il est leur première victime. Les Talibans tyrannisent leur propre peuple. Cela est connu. Ils ont déboulé du Pakistan, encadrés et surarmés pour soumettre le peuple afghan à leur tyrannie. Les Talibans sont le produit des services de renseignements pakistanais et américains. C'est eux qui les ont créés, c'est eux qui les ont armés et c'est eux qui leur ont facilité la conquête de l'Afghanistan. Le peuple afghan a été et reste leur première victime et c'est sur lui que pèse maintenant la menace de représailles. Cela est fondamentalement injuste. Ces milliers d'Afghans qui cherchent à quitter leur pays ne peuvent même pas comprendre ce qui se passe. Ils n'ont aucune idée des enjeux dont ils sont victimes.Si Ben Laden et les Talibans sont coupables, le peuple américain est victime des bévues des services de renseignements et des politiciens américains, qui ont fait preuve de mauvais jugement. Ils ont cru que leur cuillère était assez longue pour manger avec le diable. C'est eux qui ont créé le monstre et ils devraient être les premiers à rendre des comptes à leurs propres citoyens. Abdelmounaïm DILAMI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc